EXCLUSIF - Les "bons chiffres" de la BPI pour 2014

  • A
  • A
EXCLUSIF - Les "bons chiffres" de la BPI pour 2014
@ Europe 1
Partagez sur :

INTERVIEW E1 - Nicolas Dufourcq, le directeur général de la BPI, a dévoilé en exclusivité un bilan en forte croissance.

"Les chiffres sont bons". Nicolas Dufourcq, le directeur général de la BPI, était jeudi matin l'invité d'Europe 1. Il a dévoilé en exclusivité le bilan 2014 de l'institution. Les financements de la Banque publique d'investissement accordés aux entreprises ont bondi de 29% par rapport à 2013, et les crédits garantis ont augmenté de 17%.

Plus de 20 milliards mobilisés. Au total, 14 milliards d'euros de financement ont été mobilisés en 2014, et plus d'un milliard pour l'innovation. Fonds auxquels il faut ajouter les 8 milliards mobilisés pour garantir des prêts aux banques privées qui investissent dans les entreprises. La BPI a plus de 80.000 clients actifs, dont de nombreuses PME et ETI (entreprise de taille intermédiaire).



La BPI a en revanche aidé moins d'entreprises en 2014, 5.846 supplémentaire contre 5.760 en 2013. "Cela veut dire que la quantité par entreprise augmente, le ticket est plus grand", précise Nicolas Dufourcq.

La BPI fait taire peu à peu les critiques. La BPI, fusion des anciens organismes d'investissement public ou de garantie de prêt OSEO, CDC Entreprises et FSI, a plusieurs missions : prêter de l'argent, garantir des prêts et entrer au capital d'entreprises. Le tout pour financer l'innovation, contribuer au développement des PME ou encore empêcher qu'une entreprise stratégique française ne mette la clé sous la porte. En clair, BpiFrance, de son vrai nom, comble les failles du marché du crédit bancaire. Une vaste tâche pour laquelle elle s'est vue allouer un budget de 21 milliards d'euros.



A ses débuts, elle a souvent été critiquée pour sa frilosité à investir dans les entreprises. Elle prouve avec ce bilan 2014 qu'elle est de plus en plus présente.

>> LIRE AUSSI - La BPI réussit-elle là où on la voyait échouer ?