Excès de vitesse : qui est le champion du gouvernement ?

  • A
  • A
Excès de vitesse : qui est le champion du gouvernement ?
@ REUTERS
Partagez sur :

AU VOLANT - Le magazine Auto Plus dresse le bilan des ministres au volant. Mention spéciale pour Valls, dont les convois pulvérisent les limitations de vitesse.

C’est désormais une tradition : chaque année, le magazine Autoplus suit pendant trois mois les convois automobiles du président de la République et de plusieurs de ses ministres. Objectif : vérifier, lorsqu’ils sont en fonction, comment ils concilient le code de la route avec un agenda très chargé. A ce petit jeu là, les comportements au volant varient d’un ministère à l’autre. Voici les principaux enseignements de cette traque routière.

Les champions des excès. Sans surprise, il s’agit du Premier ministre, Manuel Valls, et du ministre de l’Intérieur, Bernard Cazeneuve. Les deux "ne se privent pas de griller des feux ou de faire de grands excès de vitesse", dixit la journaliste d’Auto plus.

Manuel Valls s’illustre avec des excès de vitesse très fréquents, y compris en ville. Auto Plus a notamment relevé une pointe à 160 km/h dans un tunnel limité à 90 km/h. Le contraste avec son prédécesseur est saisissant, ce dernier ayant mis un point d’honneur à respecter le code de la route.

Les chauffeurs de Bernard Cazeneuve sont, eux, moins portés sur les excès de vitesse : les convois du ministère de l’Intérieur ont pour spécialité de rouler à contresens lorsqu’ils font face à un feu rouge, comme le montre cette vidéo tournée par Auto Plus :



Vidéo - Le gouvernement pris en flagrant délit...par autoplus

Hollande et Montebourg varient les plaisirs. Pour les autres membres de l'exécutif, l’attitude au volant de leurs chauffeurs varient d’un jour à l’autre. Très respectueux du code de la route un jour, ils peuvent le lendemain s’en affranchir. Mais l’appréciation générale est bonne.

Le magazine décerne ainsi une bonne note à François Hollande, aussi normal au volant qu’il le promettait : "gyrophare et sirène sont rarement utilisés avec le président, qui ne veut pas se faire remarquer". Seul fait notable : un excès à 159 km/h sur l’autoroute

Royal, la bonne élève. A l’inverse, la ministre de l’Environnement et ses équipes se montrent exemplaire au volant : les journalistes d’Auto Plus n’ont constaté aucune infraction des voitures électriques de Ségolène Royal. "A tel point qu’il est difficile d’aller aussi lentement qu’elle quand on la suit en deux-roues", ironise le magazine.

sur-le-meme-sujet-sujet_scalewidth_460_scalewidth_460

 VOUS ÊTES PRÉVENUS - Il y aura plus de radars mobiles sur la route cet été

PRATIQUE - Permis de conduire : tout ce qui va changer

ZOOM - Abaisser la vitesse sur les routes : oui, mais où ?