Devenir entrepreneur ? Plus d'un tiers des Français en a envie

  • A
  • A
Devenir entrepreneur ? Plus d'un tiers des Français en a envie
@ MAXPPP
Partagez sur :

CHANGEMENT DE VIE - Le besoin de liberté et d'épanouissement personnel arrivent en tête des motivations.

Créer sa propre entreprise ? Plus d'un tiers des Français interrogés (37%) affirment que s'ils en avaient la possibilité, ils auraient envie de tenter l'aventure, selon une étude publiée dimanche par le fonds Idinvest avec Viavoice. Problème ? Seule une minorité de personnes interrogées (10%) confie avoir un projet concret.

>> LIRE AUSSI - L'absentéisme coûte très cher aux entreprises

La motivation ? L'indépendance. L'envie d'entreprendre procède d'abord du désir "d'être libre et indépendant", pour 51% des personnes interrogées, suivi par l'envie de "s'épanouir personnellement" (46%), alors que le désir de "gagner de l'argent" arrive seulement en troisième position(33%). Parmi les valeurs personnelles qui guident ce désir figurent le "respect des gens" (46%), le "courage, l'effort" (34 %) et "la valeur travail" (33 %).

>> LIRE AUSSI - Comment (bien) négocier une augmentation de salaire ?

Le profil type ? Un homme de 43 ans. Chez les étudiants, le pourcentage de personnes déclarant avoir envie d'entreprendre monte à 49%. En revanche, 57% des sondés disent ne pas avoir envie de créer leur entreprise et 6% ne se prononcent pas. Les profils ayant la plus forte envie d'entreprendre sont des hommes, des cadres ou des employés, d'une moyenne d'âge de 43 ans et résidant en Ile-de-France. "S'il existe certes des écarts d'intention entre les groupes sociaux, ceux-ci ne sont pas structurants car 51% des cadres 'auraient envie d'entreprendre', contre 44% des employés et 35 % des ouvriers", souligne Idinvest.

Des avantages et des contraintes. Parmi les facteurs de passage à l'acte figurent "l'identification d'un marché porteur" (29%), le sentiment de pouvoir "capitaliser sur une expérience professionnelle adaptée" (26%) et de "détenir une idée prometteuse" (22%). Parmi les contraintes susceptibles de contrevenir à l'élaboration d'un projet figurent la conjoncture économique peu encourageante (37%), le manque de fonds (33%) et la complexité des démarches (21%).