INFO E1 - Défaillances d'entreprises : un record depuis 20 ans

  • A
  • A
INFO E1 - Défaillances d'entreprises : un record depuis 20 ans
@ maxppp
Partagez sur :

Le nombre d'entreprises en difficulté est en augmentation de 1% par rapport à 2013 et le secteur du bâtiment est le plus touché.

Concernant l'économie française, une mauvaise nouvelle en chasse l'autre. Alors que les chiffres de l'emploi ne repartent pas à la hausse, voilà que les défaillances d'entreprises battent un record. Selon une étude Euler-Hermes qu'Europe 1 s'est procurée, elles n'ont jamais été aussi nombreuses depuis 20 ans et elles sont en augmentation de 1% par rapport à 2013.

>> LIRE AUSSI - (Tout) petit rebond de la croissance française

La construction ne va pas bien.  Sur les 63.400 entreprises ayant fait faillite en 2014, un quart appartiennent au secteur du bâtiment. Historiquement, ce dernier a toujours été plus touché par les défaillances. Mais en cette période de crise, il paie un tribut particulièrement lourd en raison d'une absence de croissance et de la baisse des commandes publiques. 

Et la faiblesse de ce secteur économique a des conséquences sur toute l'économie, explique à Europe 1 Nicolas Delzan, directeur de Euler-Hermes : "C'est une industrie qui utilise des matériaux qui sont produits largement sur le territoire et c'est une industrie qui emploie énormément de main d'œuvre". "En plus, la construction tire derrière elle les autres secteurs de l'économie, gros œuvre, équipement de la maison et il faut absolument que ce secteur redécolle pour donner une impulsion à l'économie globale", ajoute-t-il. 

Moins de consommation et le commerce va mal. Le commerce et la distribution ne se portent guère mieux, la faute à une consommation des ménages en berne. La restauration et l'hôtellerie sont aussi victimes de défaillances en nombre. D'autant plus que l'Île-de-France, jusque-là épargnée, est désormais touchée. D'après l'étude, 2015 ne devrait pas être mieux, sauf si la croissance revient. 

>> LIRE AUSSI - Combien faut-il (vraiment) de croissance pour faire baisser le chômage ?