Inflation : les prix baissent pour la première fois depuis 2009

  • A
  • A
Inflation : les prix baissent pour la première fois depuis 2009
@ PHILIPPE HUGUEN/AFP
Partagez sur :

STATISTIQUE - L’Insee est formel : la France a connu en janvier 2014 une inflation négative, une première depuis 2009.

C’est une première depuis 2009 mais pas vraiment une surprise. Les prix à la consommation ont reculé en janvier, quel que soit le point de vue : la baisse est de 1% sur un mois et de 0,4% sur un an, selon les chiffres de l’Insee. Pour la première fois depuis cinq ans, la France connait donc une inflation négative, à l’image de ses voisins européens. Une baisse des prix qui n’est pas une si bonne nouvelle si elle s’inscrit dans la durée et qu’elle vire à la déflation. Par chance, l’économie française n’en est pas encore là.

Le chiffre : -0,4% sur un mois. Après avoir fait le yoyo depuis la fin de l’année 2012, les prix à la consommation ont connu une sérieuse baisse entre décembre 2014 et janvier 2015 : faire ses courses en janvier 2015 coûtait en moyenne 1% moins cher qu’un mois auparavant. Sur un an, la baisse se limite à 0,4% mais confirme que la France est entrée en inflation négative, ce qui n’était pas arrivé depuis octobre 2009.

14.01.Soldes.commerce.Shopping.IROZ.GAIZKA.AFP.1280.640

© IROZ GAIZKA/AFP

Comment expliquer une telle baisse des prix ? L’inflation ne cesse de se tasser depuis des mois, en raison du ralentissement de l’économie européenne et des craintes sur une nouvelle crise de la dette au sein de la zone euro. Le mois de janvier a amplifié la tendance en raison de deux phénomènes pointés par l’Insee. Il y a d’abord les traditionnels soldes d'hiver, qui se sont traduits par d’importants rabais et ont donc fait reculer les prix des produits manufacturés de 1,4% sur un an et de 3,2% sur un mois. Il y a ensuite la chute continue des prix de l’énergie : depuis six mois, le prix du baril de pétrole ne cesse de reculer, entrainant dans son sillage celui du gaz.

La France menacée de déflation ? Une inflation négative comme vient de l’enregistrer la France ne veut pas dire déflation : il faut deux mois consécutifs de baisse des prix pour qu’on parle de déflation. L’Hexagone n’en est pas encore là et c’est tant mieux car la déflation est un scénario que beaucoup redoutent car il est difficile d’en sortir : les prix baissent, les acteurs économiques anticipent de nouvelles baisses et attendent pour consommer, si bien que l’économie ralentit encore plus, les salaires stagnent ou reculent, provoquant une nouvelle baisse de la consommation et des prix, etc.

Ce scénario inquiétant n’est, a priori, pas pour tout de suite car un autre indicateur de l’Insee laisse entendre que cette baisse des prix n’est que conjoncturel : l’inflation "sous-jacente", calculée sans tenir compte des biens les plus volatils - dont l’énergie -, a en effet légèrement augmenté en janvier, de 0,2% sur un an. Signe que l’économie française n’est pas à l’arrêt complet.

>> LIRE AUSSI - La zone euro flirte dangereusement avec la déflation

>> Retrouvez, sur le même sujet, l'Edito éco de Nicolas Barré, consacré aux risques de la déflation :



Bonne ou mauvaise déflation ?par Europe1fr