Combien un agriculteur français nourrit-il de personnes ?

  • A
  • A
Combien un agriculteur français nourrit-il de personnes ?
@ STEPHANE DE SAKUTIN / AFP
Partagez sur :

SALON DE L'AGRICULTURE - Le nombre de fermes en France a chuté mais elles se sont agrandies, et nourrissent donc plus de monde.

Le salon de l'agriculture ouvre ses portes vendredi soir à Paris, avec son millier d'exposants et ses 4.000 animaux, prêts à recevoir les centaines de milliers de visiteurs attendus. L'an dernier, pas moins de 700.000 personnes avaient parcouru les allées de la Porte de Versailles, à l'occasion de ce grand raout du monde paysan. Un chiffre qui démontre l'intérêt de l'opinion pour l'agriculture hexagonale, qui nourrit les Français (mais pas que) depuis la préhistoire.

>> Pourtant, connait-on vraiment ce secteur ? Sait-on combien de fermes existent encore en France ? Pour combien de personnes élèvent les éleveurs, cultivent les cultivateurs ? Hors France, quels pays consomment nos récoltes ? On fait le point.

Il y a moins d'agriculteurs… Depuis 30 ans, la tendance est toujours la même : les petites exploitations ont tendance à disparaître au profit de structures moins nombreuses mais plus grandes. La France a ainsi perdu plus de la moitié de ses exploitations en 25 ans. Selon le dernier recensement en date de 2010, il y a 490.000 "fermes" dans l'Hexagone alors qu'il y en avait encore plus d'un million à la fin des années 80, et 664.000 en 2000.

Dans la foulée, la superficie moyenne des exploitations s'est accrue de 13 hectares en 10 ans, pour atteindre 56 hectares en moyenne. Le paysage agricole reste néanmoins morcelé avec 20% de très grandes exploitations (au moins 100 hectares) et 30% de très petites (moins de 10 hectares).

… Mais ils nourrissent plus de monde. L’accroissement de la taille moyenne des "fermes" fait que le nombre moyen de bouches nourries par un agriculteur français grandit aussi. Un paysan hexagonal nourrit, en moyenne, 60 personnes à lui seul, contre 15 il y a quarante ans, selon un rapport du Sénat en date de 2008 (aucun chiffre officiel plus récent n'existe à l'heure actuelle). Et cela peut aller beaucoup plus loin que 60.

Le site Perfalim.com a mis au point un logiciel spécialisé. Selon lui, une grande exploitation française de 400 hectares, avec 150 vaches laitières et 500 brebis mère (qui vend l'équivalent de 650 agneaux de boucherie part an) peut par exemple produire assez de calories pour nourrir l'équivalent de 4.000 personnes par an, et assez de protéines pour 5.800 personnes.

>> LIRE AUSSI - Agriculture : la division par deux des pesticides repoussée à 2025

Au-delà de la taille, c'est la modernisation des exploitations qui permet cet accroissement de rendement. "Le monde agricole a su utiliser d'importants moyens de production issus de l'industrie -machines-outils et robots, engrais, produits phytosanitaires, aliments d'élevage- et s'appuyer sur une sélection de variétés et de races à haut rendement", écrit le Sénat. Et de poursuivre : "il est entré de plain-pied dans les nouvelles technologies, de nombreuses tâches étant aujourd'hui automatisées et gérées par ordinateurs. Depuis le milieu des années 90, la technologie GPS permet par exemple le guidage des tracteurs par satellite et peut même décharger les agriculteurs de leur conduite".

La France "nourrit" (aussi) l'étranger. Au total, les agriculteurs français, tous secteurs confondus, ont une production estimée à 75 milliards d'euros, ce qui en fait le leader mondial. Un peu plus de la moitié de cette production est vendue dans l'Hexagone. Pas moins de 70% des besoins du secteur agroalimentaire français sont d'ailleurs fournis par l'agriculture tricolore, selon l'Association nationale des industries alimentaires.

Mais la France exporte aussi à l'étranger, l'équivalent d'un peu plus de 35 milliards d'euros. L'Allemagne, la Belgique, le Royaume-Uni, l'Italie, l'Espagne, les Pays-Bas et les Etats-Unis sont, dans l'ordre, les principaux importateurs d'agriculture Made in France.

 Un secteur englué dans la crise. Mais tous ces chiffres ne suffisent pas à masquer la réalité : les agriculteurs français sont à la peine. La part de l'agriculture et des industries alimentaires dans l'activité économique française (3,6% du PIB) a chuté de plus de moitié depuis 1980, essentiellement à cause de la baisse des prix des produits agricoles depuis 25 ans.

>> LIRE AUSSI - Cours d'eau, taille d'élevage… ce que l'Etat propose aux agriculteurs

La France ne cesse également de perdre des parts de marché dans le commerce alimentaire mondial. En quelques années, elle est passée de la place de 2e exportateur agroalimentaire, au 5e rang, derrière les États-Unis, l'Allemagne, les Pays-Bas et le Brésil. Elle est championne dans l'exportation de blé, d'alcool (vin + spiritueux) et des semences, mais beaucoup reste à faire dans la viande ou les fruits et légumes. En 2014, l'excédent commercial des filières agricoles et agroalimentaire a même reculé de 2 milliards, pour s'établir à 9,2 milliards.

>> LIRE AUSSI - Agriculture : les céréaliers mangent leur pain noir

Résultats : les revenus des agriculteurs ne cessent de diminuer, eux aussi. En 2014, ils devraient reculer de 5%, à 24.400 euros par an en moyenne, selon les premières prévisions. Et il existe de fortes disparités selon les secteurs. Les éleveurs bovins, par exemple, ont vu leurs revenus chuter de plus de 20% à 14.500 euros par an. Les arboriculteurs affichent des revenus annuels en chute de plus de 55%, à 13.400 euros. Et ce sont les céréaliers, jusqu'à présent considérés comme les nantis du monde agricole, qui subissent de plein fouet la chute des cours des céréales. Ils devraient enregistrer pour 2014 une perte de revenus d'environ 40%, à 11.500 euros annuels.