Chez Air France, la détresse du personnel au sol

  • A
  • A
Chez Air France, la détresse du personnel au sol
La CGT appelle les personnels au sol (agents d'escale, de piste, etc.) d'Air France à cesser le travail à minuit dès vendredi soir, pour 24 heures, à Orly et Roissy-Charles-de-Gaulle, ainsi que dans plusieurs aéroports régionaux.@ MAXPPP
Partagez sur :

GREVE - Plusieurs documents soulignent la dégradation physique et psychique du personnel. Un mouvement est prévu samedi, en plein chassé-croisé.

Retard à prévoir. C'est ce qu'on appelle une "grève carrée", non reconductible. Et elle arrive au plus mauvais moment pour Air France : le premier week-end d'août, où la compagnie aérienne connaît sa plus grosse fréquentation de l'année, avec le chassé-croisé entre "juilletistes" et "aoutiens". La CGT appelle les personnels au sol (agents d'escale, de piste, etc.) de la compagnie aérienne à cesser le travail à minuit dès vendredi soir, pour 24 heures, à Orly et Roissy-Charles-de-Gaulle, ainsi que dans plusieurs aéroports régionaux.

Air France optimiste... pour l'instant. La direction promet peu de perturbations. "Air France prévoit d'assurer l'ensemble de ses vols long-courriers, la quasi-totalité de ses vols court et moyen-courriers, mais des retards sont à prévoir à l'occasion de cette journée", a indiqué la compagnie jeudi soir dans un communiqué. "Plusieurs centaines de salariés d'Air France volontaires sont mobilisés en renfort", promet la direction. Mais la CGT assure de son côté que beaucoup de vols seront supprimés. Car cette fois, le ras-le bol du personnel semble à son comble. Surcharge de travail, agressions… la tension est brusquement montée au sein de la compagnie, selon le syndicat. Une dégradation également observée par l'inspection du travail, dans des documents qu'Europe 1 a pu consulter.



+13% d'arrêts en un an. C'est d'abord une lettre très dure envoyée par l'inspection du travail à la direction d'Air France, notamment celle d'Orly. Un courrier dénonçant une brusque dégradation de la situation physique, et surtout psychique, du personnel au sol. La forte augmentation de la charge de travail s'est accompagnée d'une hausse des arrêts de travail de 13% en un an. L'inspection du travail dénonce ainsi un "risque psycho-social important". Et elle demande à la direction de prendre des mesures immédiates.

"Les salariés n'en peuvent plus". Un autre document, cette fois écrit par le médecin du travail de la compagnie, évoque également un simulacre de suicide par pendaison, dans une salle réservée au personnel. Et selon la CGT, les tentatives se multiplient ces derniers mois.

 "On a même reçu des courriers de salariés qui annonçaient leur suicide. Une salariée est actuellement à l'hôpital. Elle a réussi à être sauvée, mais ça arrive dans l'ensemble des escales", assure ainsi Mehdi Kemoune, secrétaire général adjoint de la CGT Air France."Les salariés n'en peuvent plus. Ils ne supportent plus la surcharge de travail en sous-effectif croissant. Et quand on n'en peut plus, on peut craquer à tout moment", prévient le syndicaliste.

Des promesses insuffisantes. La direction indique qu'à Orly, 40 CDD vont être embauchés pour alléger la charge de travail. Des vigiles assurent également désormais la protection du personnel d'accueil. Mais c'est insuffisant, selon les syndicats, qui continuent d'annoncer une forte mobilisation dans tous les aéroports, samedi. Outre la CGT, SUD-Aérien a déposé un préavis de grève. FO également mais uniquement à Roissy. La CFE-CGC appelle aussi à la grève dans la branche commerciale et l'Unsa sur la chaîne des vols intérieurs.