Ces jeunes retraités qui attendent toujours leur pension

  • A
  • A
Ces jeunes retraités qui attendent toujours leur pension
Les retraités doivent parfois attendre jusqu'à cinq à six mois avant de pouvoir toucher leur première pension, selon les informations d'Europe1.@ REUTERS
23 partages

ENQUÊTE E1 - Les dossiers s'accumulent dans les caisses de retraites. Résultat : les premières pensions sont versées très tard.

Les premiers mois de la retraite peuvent s'avérer financièrement difficiles. Il faut parfois attendre de cinq à six mois avant de pouvoir toucher sa première pension, selon les informations d'Europe1. Et entre le dernier salaire et la première pension, certains jeunes retraités vivent des mois sans aucune ressource.

>> LIRE AUSSI - Ces caisses de retraite vivent leurs dernières heures

Des milliers de dossiers en retard. En Rhône-Alpes, en Bretagne ou en Picardie, on compte par exemple 6.000 à 7.000 dossiers en retard. Dans le Languedoc-Roussillon, il y a encore 4.500 cas. "J'appelle tous les lundis matin depuis juillet et je suis toujours en attente", témoigne ainsi Odette. "On est dans le vague le plus complet, on s'adresse à un mur. On est dans l'angoisse, on n'ose pas bouger une oreille. On ne va pas dépenser l'argent que l'on a pas", poursuit cette jeune retraitée.

Une hausse de 15% des jeunes retraités. Si cela bouchonne brutalement, c'est que les caisses de retraite connaissent un afflux de retraités en ce moment. Il y a eu 100.000 inscriptions de plus entre 2012 et 2014, soit une hausse de 15%. Principale explication : les réformes, dont le retour partiel de retraite à 60 ans, pour ceux qui ont commencé à travailler tôt.

>> LIRE AUSSI - Et si on supprimait les retraites chapeaux ?

"Ca ne s'arrange pas". "En quelques mois, d'un coup, il y a eu des vagues d'inscrits. A chaque réforme, c'est de la complexification qui s'ajoute. Et on est dans une phase qui ne s'arrange pas", prévient Jean-Louis Dutour, administrateur à l'assurance retraite et délégué CGT. Et pour cause, selon lui, si les dossiers continuent de s'empiler, les agents pour les traiter sont, eux, de moins en moins nombreux.