Burger King en "négociation exclusive" pour racheter Quick

  • A
  • A
Burger King en "négociation exclusive" pour racheter Quick
Partagez sur :

Le groupe Bertrand, actionnaire majoritaire de Burger King France, a annoncé lundi être en "négociations exclusives" avec Qualium Investissement.

Le groupe Bertrand, actionnaire majoritaire de Burger King France, a annoncé lundi ouvrir "des négociations exclusives" pour acquérir Quick auprès de Qualium Investissement (groupe CDC) et faire passer les 509 restaurants Quick sous la bannière de l'Américain Burger King.

"En France, les restaurants Quick basculeraient progressivement sous enseigne Burger King. La marque Quick serait maintenue en Belgique, au Luxembourg, et hors d'Europe", précise le groupe dans un communiqué.

Le rachat finalisé d'ici la fin de l'année ? L'opération, qui reste soumise à l'avis des représentants du personnel et des autorités de la concurrence, pourrait être finalisée d'ici la fin de l'année, selon le communiqué. Elle ferait de Burger King le numéro deux du marché de la restauration rapide en France, derrière McDonald's.

"Nous sommes convaincus que la conjugaison de tous les talents des deux groupes Burger King et Quick permettra de dessiner un nouveau paysage de la restauration rapide en France dans les prochaines années", a déclaré Olivier Bertrand, président du groupe Bertrand, cité dans le communiqué. "Les discussions que nous avons engagées avec le groupe Bertrand devraient permettre d'aboutir à un projet d'entreprise solide avec de réelles perspectives de développement pour créer un nouvel acteur majeur de la restauration", a déclaré de son côté Jean Eichenlaub, président de Qualium Investissement, qui accompagnait Quick depuis 2007.

En 2006, Quick valait 750 à 800 millions. Plusieurs fonds d'investissement européens et américains avaient confirmé à l'AFP en juin être intéressés par le rachat de Quick. Qualium, alors baptisée CDC Capital Investissement, avait racheté Quick en 2006 au milliardaire belge Albert Frère, pour un prix compris entre 750 et 800 millions d'euros. Quatre ans plus tard en 2010, Qualium avait cherché à céder la chaîne de fast-food et mandaté à cet effet Rothschild mais la démarche n'avait pas abouti. Depuis, le rachat du numéro deux de la restauration rapide en France faisait régulièrement l'objet de rumeurs.