Brexit : la place financière de Paris attend plus de 3.500 emplois directs

  • A
  • A
Brexit : la place financière de Paris attend plus de 3.500 emplois directs
La sortie du Royaume-Uni hors de l'Union européenne renforce l'attractivité de la capitale française, devenue le point de chute de plusieurs grands groupes financiers.@ JOEL SAGET / AFP
Partagez sur :

Les départs en série de Londres de grands groupes bancaires, d'assurance et de gestion d'actifs profitent à la capitale française.

Plus de 3.500 emplois directs doivent être réinstallés ou créés au sein de la place financière de Paris en raison du Brexit, a fait savoir mercredi Paris Europlace, l'association chargée de la promotion de la place parisiennes. Ce chiffre, qui tient compte des annonces déjà faites par des groupes bancaires, d'assurance et de gestion d'actifs, est "significativement plus élevé que les emplois directs relocalisés dans d'autres centres financiers en Europe [...] et ce n'est pas fini", a précisé Gérard Mestrallet, le président de Paris Europlace, en ouverture du forum annuel sur deux jours de l'association.

Avec les emplois indirects, plus de 20.000 postes attendus. Parmi les dernières annonces, la presse britannique s'est notamment faite l'écho des projets du gigantesque gestionnaire d'actifs américain Blackrock et de la banque américaine Citigroup de renforcer leurs activités à Paris, à neuf mois environ de la sortie effective du Royaume-Uni hors de l'Union européenne. En comptabilisant les emplois indirects créés par toutes les relocalisations ou créations de postes promises, Paris Europlace espère voir la place financière de Paris gagner plus de 20.000 emplois.

Une attractivité décuplée en deux ans. "Nous avons fait plus de progrès au cours des deux dernières années à Paris, qu'au cours des treize années précédentes. Ce qui s'est passé au cours des deux dernières années a été spectaculaire et place Paris au meilleur niveau de compétitivité", a souligné Gérard Mestrallet, citant entre autres l'exonération d'impôt sur la fortune pour les actifs financiers, la "flat tax" sur les revenus du capital ou encore la réforme du marché du travail. "Tout ceci a considérablement amélioré, objectivement, l'attractivité de la place de Paris, cela s'est couplé avec l'image d'une France avec un président jeune, moderne, pro-entreprise. [...] Il y a eu un effet Macron et tout ceci s'est effectivement traduit par des décisions de transfert prises par un certain nombre d'entités financières basées à Londres", a encore affirmé le président de Paris Europlace.

Ne pas relâcher les efforts. L'association pointe toutefois trois priorités d'action pour renforcer encore davantage la compétitivité de la place financière parisienne. Paris Europlace appelle notamment à poursuivre les réformes structurelles en France, à développer de nouveaux projets industriels en lien avec les jeunes pousses de la finance et la finance durable, tout en accélérant à l'échelle européenne la construction des projets d'Union des marchés de capitaux et d'Union bancaire.