Grève des routiers : les barrages ont été levés

  • A
  • A
Grève des routiers : les barrages ont été levés
@ FRANK PERRY/AFP
Partagez sur :

TRANSPORT - Lundi en fin de journée, la grande majorité des barrages ont été levés. Les chauffeurs routiers réclament des augmentations de salaires.

Pour l’instant, les automobilistes n'étant pas visés, seul le transport des marchandises était perturbé. Les routiers ont démarré dimanche soir une grève reconductible pour dénoncer "la paupérisation et la Smicardisation rampantes" de la profession. Pour se faire entendre, ils ont bloqué certains points stratégiques du transport de marchandises. "Agréablement surpris" par l'ampleur du mouvement, Thierry Douine de la CFTC a vanté une journée qui est allée "au-delà de des prévisions" et s'est déroulée "de manière bon enfant". Lundi en fin de journée, le trafic était redevenu "fluide sur les axes régionaux" et "sur le réseau francilien", a noté Bison Futé. Mardi, lors d'un premier round de négociations, les syndicats tenteront d'obtenir des augmentations de salaires de la part des organisations patronales.

#LES ZONES PERTURBÉES AU NORD DE LA FRANCE

À Gennevilliers, dans les Hauts-de-Seine, une cinquantaine de militants ont bloqué en partie le rond-point principal du port et ont distribué des tracts aux automobilistes avant de lever leur blocage en cours de journée. La plateforme aéroportuaire de Roissy et d'autres zones industrielles au nord de Paris ont également visées. À Rennes, dans la matinée, la rocade a été "saturée", ainsi que tous ses accès. Près de Nantes, tous les accès de la zone industrielle de Carquefou ont été bloqués par une cinquantaine de grévistes jusqu'à la levée des barrages, prévue à 16 heures. Enfin, à Caen, une opération de blocage de camions a atteint "un record" avec près de "600 camions bloqués", selon Jérôme Vérité, patron de la CGT-Transports, "410 poids lourds" a annoncé la préfecture de son côté. 

#LES ZONES PERTURBÉES AU SUD DE LA FRANCE

À Bordeaux, plus d'une centaine de camions ont été bloqués le long de l'A63 près de la zone industrielle de Cestas. Les automobilistes, seuls autorisés à passer, ont subi de gros ralentissements jusqu'à la rocade. En banlieue lyonnaise, une centaines de personnes ont bloqué l'accès aux transporteurs du marché de gros de Corbas. À Marseille, trois opérations escargots ont ralenti le trafic autoroutier lundi matin en direction de la ville. Au plus fort de l'action, Bison Futé a relevé 14 km de bouchons sur l'A51 entre Aix-en-Provence et Marseille.

#LES RAISONS DE LA GRÈVE

 CGT, FO, CFTC et CFE-CGC : la plupart des syndicats de chauffeurs routiers ont décidé de multiplier les actions pour tenter de peser sur les négociations annuelles obligatoires (NAO) dans le secteur, qui doivent débuter mardi. Or employeurs et salariés ont des points de vue radicalement opposés : le patronat propose une hausse des salaires de 1 à 2%, alors que les syndicats en réclament 5% au minimum.

Chaque camp a ses arguments pour justifier son point de vue. Les chefs d’entreprise justifient cette rigueur par leurs difficultés économiques, le contexte de faible croissance et la concurrence grandissante des transporteurs venus d’Europe de l’Est. En face, les représentants des salariés soulignent que les sociétés bénéficient d’aides publiques octroyées aux entreprises via le pacte de responsabilité et le Crédit d'impôt compétitivité emploi (CICE), sans oublier la baisse des prix des carburants.

>> LIRE AUSSI - Qu’ont fait les patrons du CICE ?