Airbnb : une carte de paiement pour échapper au fisc ?

  • A
  • A
Partagez sur :

Airbnb propose une carte de paiement spécifique qui leur permet de récupérer leurs gains sans avoir à les déclarer à l'administration fiscale, révèle France Info vendredi. Le site plaide la bonne foi. 

Airbnb aiderait-il les propriétaires à échapper au fisc ? Le site de location d'appartements entre particuliers propose aux hébergeurs de toucher leurs revenus sur une carte de crédit rechargeable émise à Gibraltar, révèle France Info. Cette méthode permet ensuite aux propriétaires de ne pas déclarer les revenus perçus par le biais de la plateforme.

Une carte de crédit spécifique

Lorsqu'un propriétaire met son logement en location sur Airbnb, il dispose de deux options de paiement. La première, très largement majoritaire, permet de se faire virer les sommes directement sur son compte en banque. La seconde consiste à créditer le montant des factures sur une carte de crédit rechargeable émise par la société américaine Payoneer. Depuis un accord passé en 2014, Airbnb propose ainsi de créer une telle carte, émise depuis Gibraltar, en quelques clics directement sur son site. Une fois les sommes créditées, le propriétaire peut dépenser l'argent avec cette carte qui fonctionne comme une carte bleue classique.

Mais alors pourquoi donc utiliser cette solution qui oblige à disposer d'une carte supplémentaire ? La réponse se trouve sur la déclaration d'impôts. Elle permet en effet de ne pas déclarer ses gains. "Ce type de comptes adossés à une carte ne sont pas des comptes bancaires à proprement parler. Ils échappent aux accords sur l’échange d’informations bancaires (que Gibraltar a signé avec la France), et restent très pratiques pour ceux qui veulent éviter que l’on sache qu’ils ont de l’argent ailleurs que dans leur pays de résidence", explique à France Info Eric Vernier, chercheur et expert en paradis fiscaux.

Une méthode pour camoufler ses revenus

Et si cette solution n'est pas spécialement intéressante pour les "petits loueurs" qui ne proposent leur domicile sur le site que quelques nuits dans l'année, elle peut s'avérer très intéressante pour les propriétaires de plusieurs appartements ou qui louent leur appartement plus régulièrement. Dans les grandes villes françaises, les revenus provenant de la location sur Airbnb peuvent en effet grimper très rapidement. A Paris, un logement pour une famille composée de deux adultes et de deux enfants se négocie aisément plus de 150 euros la nuit. Loué pendant un mois complet, il peut ainsi rapporter au moins 4.500 euros.

La loi française oblige les propriétaires à déclarer les revenus provenant de plateformes comme Airbnb dès le premier euro. Au-delà de 32.900 euros gagnés par an, le particulier est même considéré comme un professionnel et soumis à des frais spécifiques. Mais Bercy, contacté par France Info, n'a pas souhaité réagir. Si certains députés avaient proposé d'obliger Airbnb et les plateformes de location de transmettre directement le montant des revenus des propriétaires aux services de l'Etat, l'amendement n'avait pas reçu le soutien du gouvernement en 2016.

Airbnb se défend

Contactée par Europe 1 vendredi matin, la plateforme se défend et explique que "Payoneer n'est pas spécifiquement utilisé par Airbnb, mais propose des services de paiement similaires à de nombreuses entreprises dans le monde". Cdiscount ou Amazon proposent en effet le même type de carte, mais à la différence d'Airbnb le système de création de cartes n'est pas directement intégré sur leur site.

Airbnb France rappelle par ailleurs que l'ensemble de ses hôtes peuvent vérifier et respecter les réglementations locales, y compris les règles fiscales via une page dédiée sur son site Internet. La société explique également  qu'elle "envoie également un rappel fiscal aux hôtes chaque année pour qu'ils sachent exactement combien de revenus ils doivent déclarer à l'administration fiscale".