Les pilotes d'Air France "abusent de leur droit de grève"

  • A
  • A
Les pilotes d'Air France "abusent de leur droit de grève"
@ EUROPE 1
Partagez sur :

INTERVIEW E1 - "Bien sûr qu’ils mettent en danger Air France", a déclaré Thierry Douine, président de la Fédération générale CFTC Transports, lundi matin sur Europe 1.

Le ton à l'aune d'une deuxième semaine de grève des pilotes chez Air France. Invité d'Europe 1, Thierry Douine, président de la Fédération générale CFTC Transports, a tenu des propos durs vis-à-vis des pilotes grévistes, alors que son syndicat représente lui-même des employés de la compagnie aérienne. "Bien sûr qu’ils mettent en danger Air France", a-t-il estimé, avant d'ajouter : "j’ai l’impression qu’ils sont en train de pleurer avant d’avoir mal".

>> LIRE AUSSI - Grève à Air France : 41% des vols assurés lundi

Une grève "préventive" ? "La grève à laquelle on assiste est plus une grève préventive. Je ne suis pas sûr qu’on est dans la possibilité économique de faire des grèves préventives", a ajouté Thierry Douine. "Je n’ai l’ai pas entendu (le Pdg, ndlr) dire qu’il allait prendre les salariés d’Air France pour les mettre au Portugal ou en Espagne. Aujourd’hui, il est clair que les salariés doivent rester franco-français, après on ne peut pas, dans la situation économique dans laquelle nous sommes, empêcher une compagnie de s’adosser à une compagnie low cost".

"Je pense que que les pilotes pleurent avant d'avoir mal et ils n'ont pas le droit de continuer comme cela car les salariés sont un peu écoeurés de cette situation et ce sont eux qui ont à en pâtir", a-t-il ajouté, avant de lancer : "je pense qu'ils abusent de leur droit de grève".

>> LIRE AUSSI - Air France : la grève pèse sur les comptes de la compagnie

Pour la CFTC, "ce n'est pas le moment". "Si on est sûr et certain qu’il y a des délocalisation qui s’installent, peut-être qu’il faudra revoir notre position mais aujourd’hui ce n’est pas le moment. On a toujours dit, à la CFTC, que la grève est le dernier recours, on est toujours sur cette position là : on est attentif mais on n’est pas partie d’un conflit parce qu’on sait très bien qu’on est en train de mettre économiquement en danger l’entreprise", a prévenu Thierry Douine. Et ce dernier de faire un parallèle avec la compagnie américaine PanAm, disparue en 1991 : "elle a disparu parce qu'elle n'a pas su s'adapter".