Air France : les pilotes approuvent le plan Transavia

  • A
  • A
Air France : les pilotes approuvent le plan Transavia
@ REUTERS
Partagez sur :

AVIATION - Les pilotes de ligne étaient consultés pour donner leur avis sur le plan de développement de la filiale low cost.

Au terme d'une grève aussi dure que coûteuse, direction et syndicats de pilote s'étaient mis d'accord pour développer la filiale à bas coûts d'Air France, Transavia. Il ne restait plus qu'à attendre la validation des pilotes de lignes et c'est désormais chose faite : les pilotes d'Air France ont voté à 53% en faveur du projet d'accord prévoyant le développement de Transavia France, a annoncé mercredi le SNPL, premier syndicat de pilotes d'Air France.

>> LIRE AUSSI - La filiale low cost d'Air France veut ouvrir six lignes cet été

La participation s'est élevée à 80%, a précisé le SNPL, qui s'était engagé à consulter les pilotes sur ce sujet. Son bureau se réunira jeudi pour décider s'il valide ou non le texte, qui prévoit l'élargissement de la flotte Transavia à 40 avions, contre 14 actuellement. L'objectif est de ne pas laisser les compagnie low cost bien établies, Ryanair et Esayjet en tête, monopoliser ce marché qui ne cesse de se développer au détriment des lignes classiques. Plutôt que de voir ses clients partir, Air France a donc décidé de leur proposer elle-même une alternative moins chère.

pilotes avion cockpit aviation e1default 930620

Pourquoi les pilotes y étaient-ils opposés ? Car ils exigeaient l'instauration d'un contrat unique pour les pilotes des deux compagnies, dont les conditions auraient été alignées sur celles d'Air France. Ce que la direction ne pouvait accepter puisque Transavia n'aurait alors plus eu grand chose de low cost. Au final, direction et syndicats ont coupé la poire en deux : le projet d'accord prévoit un contrat de détachement pour les volontaires. Ils voleraient aux conditions de la low cost, moins avantageuses que dans la compagnie historique (heures de vol plus longues, temps de repos plus courts, etc.), tout en conservant les garanties sociales du statut Air France.

>> LIRE AUSSI - Rigueur : les pilotes d'Air France épargnés ?