Aéronautique : Bombardier annonce quelque 5.000 licenciements dans le monde

  • A
  • A
Aéronautique : Bombardier annonce quelque 5.000 licenciements dans le monde
Bombardier est actuellement en difficulté. @ Clement Sabourin / AFP
Partagez sur :

Le constructeur aéronautique et de matériels ferroviaires va procéder à ces licenciements pour "rationaliser" la structure de l'entreprise. 

Le constructeur aéronautique et de matériels ferroviaires canadien Bombardier a annoncé jeudi le licenciement de quelque 5.000 employés (7,2% de sa masse sociale) d'ici 12 à 18 mois dans le monde, afin de "rationaliser la structure" de l'entreprise en difficulté. Le groupe, établi à Montréal, a également fait part dans un communiqué de la vente "d'actifs non stratégiques" totalisant environ 900 millions de dollars américains (788 millions d'euros), dont le programme de fabrication de son turbopropulseur Q400 et la marque Havilland, cédés pour quelque 300 millions de dollars (263 millions d'euros) à un fond d'investissement canadien. 

Des comptes pas à l’équilibre. Bombardier a fait ces annonces lors de la présentation de ses résultats pour le troisième trimestre clos le 30 septembre : l'entreprise canadienne a dégagé un bénéfice net de 167 millions de dollars (146 millions d'euros), contre une perte de 11 millions de dollars (9,6 millions d'euros) un an plus tôt.

Cette "forte croissance du résultat", selon les termes de Bombardier, a été engendrée malgré une baisse de 5% du chiffre d'affaires trimestriel, par rapport à la même période il y a un an, à 3,6 milliards de dollars (3,15 milliards d'euros). Incapable de retrouver l'équilibre, l'avionneur canadien n'avait eu d'autre choix que de céder le contrôle (50,01%) de sa filiale dédiée à l'avion CSeries, rebaptisé depuis A220, au géant européen Airbus. La transaction a été bouclée en juillet.

Le Québec avait dû venir à sa rescousse en 2015. "Nous continuons à progresser dans l'exécution de notre plan de redressement", a déclaré Alain Bellemare, PDG de Bombardier, nommé en 2015 à ce poste pour relancer l'entreprise qui s'était mise en graves difficultés financières avec le programme CSeries. Le gouvernement du Québec avait notamment dû venir à sa rescousse en 2015 avec un plan de sauvetage financier d'un milliard de dollars américain (875.000 euros environ).