À quoi ressemblera le facteur du futur ?
Une factrice, puis 20 ans, est en arrêt maladie. Elle explique ne plus supporter "le déni total" de sa hiérarchie. © MAXPPP

VOYAGE DANS LE TEMPS -  Le métier de facteur est en pleine révolution. Europe1 vous présente ses futures, et surprenantes, missions.

Branle bas de combat à La Poste : le métier de facteur est en pleine révolution. Pour faire face à la chute inexorable du courrier, l'entreprise diversifie ses services et réfléchit à de nouvelles pistes pour faire évoluer le métier de postier. Porteur de lettre mais aussi experts en assurance ou encore agent de surveillance pour personnes âgées… Les hommes en bleu et jaune vont multiplier les casquettes dans un avenir proche. Europe 1 vous présente le "facteur du futur" en vous proposant un petit voyage dans l'avenir.

>> À lire : La Poste promet des livraisons par drone

© MAXPPP

Quelque part en France, en 2017. Imaginez, dans quelques années, un facteur en pleine tournée. Il gare sa camionnette, s'approche de la boîte au lettre, y glisse son courrier, le chien commence à aboyer… mais vous l'enfermez aussitôt! Car pas question que le postier se fasse mordre : vous avez beaucoup trop de chose à lui dire. Premièrement, vous avez un dégât des eaux. Et ça tombe bien, car votre facteur est désormais expert en assurance et peut vous faire un diagnostic dans les formes. Il peut aussi s'occuper de votre voiture accidentée, de votre porte forcée et sait recueillir votre déclaration de sinistre ou faire les photos qu'il faut pour votre dossier comme un véritable professionnel.

>> À lire aussi : la Poste dupe-t-elle ses clients ?

"Ce n'est pas son rôle". Une nouvelle redéfinition du métier qui ne plaît pas à tout le monde. "Relever les compteurs à gaz, à eau, rendre des visites aux personnes âgées isolées, livrer des médicaments, sous couvert de prestations qu'il faudra payer etc. le métier de facteur est en train de changer mais ce n'est pas son rôle de faire tout ça", critique pour sa part Pascal Panozzo, du syndicat Sud PTT. "Ca devient un peu tout et n'import quoi", tacle-t-il sur Europe 1.

Un test dès octobre prochain. Pourtant, c'est la seule solution qu'a trouvé La Poste pour faire face à la chute du volume de courriers envoyés : en recul de 6% chaque année. Plusieurs compagnies d'assurance sont d'ailleurs déjà sur les rangs, prêtes à tenter l'expérience aux côtés des facteurs. Une première phase test avec des postiers motivés va même être lancée en Seine-et-Marne, à partir du mois d'octobre prochain.