A qui profite le Pacte de compétitivité ?

  • A
  • A
A qui profite le Pacte de compétitivité ?
L'industrie ne devrait bénéficier que d'une petite partie du Pacte de compétitivité du gouvernement.@ REUTERS
Partagez sur :

Une étude montre que le crédit d'impôt bénéficiera avant tout aux services et au commerce.

Le "crédit d'impôt compétitivité" est-il à côté de la plaque ? Alors que le gouvernement comptait dessus pour enrayer la désindustrialisation de la France, une étude de l'institut de recherche économique Coe-Rexecode montre que l'industrie pourrait ne bénéficier que partiellement de la mesure phare du Pacte de compétitivité.

• La méthode. Pour l'instant, il ne s'agit que de simples hypothèses de travail. Le gouvernement n'a en effet donné que quelques indications sur la mise en place du Crédit d'impôt pour la compétitivité et l'emploi (CICE), et doit encore peaufiner sa copie avant de faire connaître les détails techniques. Mais en s'appuyant sur les quelques informations fournies par Jean-Marc Ayrault lors de la présentation du dispositif et en exploitant les bases de données de l'Insee, Coe-Rexecode a pu tirer un certain nombre d'enseignements.

• Une baisse limitée du coût du travail. Le premier de ces enseignements, c'est que l'impact des 20 milliards d'euros annoncés sera faible sur le coût du travail. Si Jean-Marc Ayrault, dans son discours, annonçait "l'équivalent d'une baisse d'environ 6 % du coût du travail", le compte est loin d'y être : "Cet allègement  constituerait une baisse du coût du travail de 2,7 %", précise-t-on du côté de l'institut.

• Qui y gagne ? Ce chiffre varie d'un secteur à l'autre, mais l'industrie semble être le parent pauvre de cet allègement de charges : le CICE ne représenterait en effet que 2, 4 % d'allègement de charges, ce qui en ferait l'un des secteurs qui en profitent le moins. A titre de comparaison, les services aux particuliers peuvent s'attendre à 4 % de réduction de charges, et la construction comme le commerce à 3,3 %.

• Zoom sur l'industrie. Si l'industrie ne devrait donc pas être le secteur le plus favorisé par la baisse de charges, il devrait en revanche en être le premier bénéficiaire en valeur. Coe-Rexecode évalue la part de crédit d'impôt qui lui reviendrait à un peu plus de quatre milliards d'euros. Une somme importante en apparence, mais qui ne représente que 20 % du crédit d'impôt, le reste allant principalement aux services (3,41 milliards pour les services aux entreprises et 2,10 milliards pour les services aux particuliers), au commerce (3,72 milliards) et à la construction (1,91 milliards).

• Premier bilan. Pour les entreprises industrielles, le bilan du Pacte de compétitivité semble donc mitigé : alors que le crédit d'impôt devait leur profiter en priorité, les hypothèses évoquées pour l'instant détournent une grande partie du CICE vers les services. Pas sûr que 2 % de baisse de charges suffise à retenir en France les sites de production…