Zep : "j'ai terminé la page la boule au ventre"

  • A
  • A
Partagez sur :

Le dessinateur de Titeuf revient sur la planche dans laquelle il met en scène son personnage, Titeuf, dans un pays en guerre pour dénoncer le drame des réfugiés.

INTERVIEW

"Je trouvais que le sujet ne se prêtait pas à rigoler". Le dessinateur Zep a décidé d'évoquer le drame des réfugiés en mettant en scène son personnage, Titeuf, dans un pays en guerre, dans une planche de bande-dessinée postée sur son blog mardi. Cette planche, "je l'ai terminée la boule au ventre", confie le Suisse au micro d'Europe1.

"C'est l'horreur banale". "J'ai commencé cette histoire sans vraiment savoir où j'allais, sur une journée", explique Zep, dont le registre est habituellement "l'humour". "On a la chance d'être très loin de la guerre, mais si ça nous arrivait, comment on réagirait ?", s'interroge le dessinateur, qui voulait "se mettre dans la peau de gens qui fuient". Pour lui, "c'est l'horreur banale et on arrive pas à se mettre dans leur peau". 

Planche Titeuf - ZEP


"On n'a pas beaucoup de mémoire". Parti en tournée après avoir posté sa planche sur son blog, il dit s'être rendu compte en rentrant qu'elle avait été partagée "des centaines de milliers de fois". "Je trouvais assez génial de voir que des gens avaient lu l'histoire de Titeuf et avaient pleuré", ajoute-t-il. "Que des gens trouvent normal d'empêcher des gens de fuir, de les maintenir dans l'horreur, ça me rend triste", poursuit le dessinateur, qui se dit aussi "qu'on n'a pas beaucoup de mémoire sur ce qui nous est arrivé".

'"Notre rôle". Courageux, Zep ? "Je ne prends pas beaucoup de risques : on est en France, on peut dire ce qu'on veut. Notre rôle, c'est de partager des émotions avec les gens", a t-il expliqué en faisant valoir qu'au-delà d'européen il se sentait "humain".

La mort de Titeuf ? Et les deux cases noires pour finir, faut-il y voir la mort de Titeuf ? "Si personne ne vient vous secourir et que vous êtes pris dans des barbelés, l'issue est rarement heureuse", a répondu le dessinateur.



Zep : "Quand la bande dessinée peut être...par Europe1fr