VIDEOS - "Maybellene", "Johnny B. Goode"... Chuck Berry en cinq chansons cultes

  • A
  • A
VIDEOS - "Maybellene", "Johnny B. Goode"... Chuck Berry en cinq chansons cultes
Le chanteur ne s'était pas vraiment retiré de la course et continuait à donner des concerts comme à Boston en 2012@ MARC ANDREW DELEY / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / AFP
Partagez sur :

À travers ses divers tubes, Chuck Berry a imprimé durablement son style dans l'histoire de la musique. 

Chuck Berry, l'un des pères fondateurs du rock'n roll, est décédé samedi à l'âge de 90 ans. Le guitariste et chanteur américain pouvait s'enorgueillir d'avoir révolutionné la musique. Auteur d'un grand nombre de classiques du rock, Chuck Berry a composé des dizaines de tubes des années 50, 60 et 70, parmi lesquels MaybelleneSchool Days ou My Ding a Ling. Le chanteur a influencé plusieurs générations de musiciens. Europe 1 dresse le portrait en chansons de ce musicien prolifique.

  • "Maybellene", 1955

C'est la chanson qui a lancé sa carrière. Pour arrondir ses fins de moins dans les années 1950, il jouait de la guitare dans des clubs. C'est dans l'un d'eux qu'il a été repéré par le bluesman Muddy Waters. Maybellene devient alors un tube phénoménal et marque pour Chuck Berry le début de dix années de succès. 

  • "Roll over Beethoven", 1956

Le titre de cette chanson fait référence au compositeur et pianiste Ludwig van Beethoven qui se serait retourné dans sa tombe au moment de la création du rock'n roll. Ce morceau est rapidement devenu un succès d'ailleurs repris en 1963 par le Beatles sur leur deuxième album. En 2003, Roll Over Beethoven fut l'un des cinquante enregistrements choisis pour intégrer le Registre national des enregistrements de la Bibliothèque du Congrès. 

  • "Johnny B. Goode", 1958

Un morceau de cette chanson, largement autobiographique qui raconte l'histoire d'un garçon qui "jouait de la guitare comme s'il avait toujours su en jouer", a été envoyé dans l'espace avec la sonde Voyager I en 1977.

  • "Back in the USA", 1959

Cette chanson aurait été écrite par Chuck Berry à son retour d'Australie où il aurait observé le mode de vie des Aborigènes. Elle a été parodiée en 1968 par les Beatles qui en ont fait une version intitulée Back in the U.S.S.R.

  • "My Ding A Ling", 1972

Ce morceau lui a permis de relancer sa carrière en 1972 après des déboires avec la justice. La chanson a été le seul morceau de Chuck Berry à atteindre le premier rang du classement des singles aux États-Unis. Elle raconte de manière cocasse, l'histoire d'un jeune garçon qui reçoit comme jouet de la part de sa grand-mère "des cloches en argent suspendues à un fil" qu'elle appelle un "ding-a-ling".

  • Petit bonus pour les cinéphiles

Reconnaîtrez-vous le film qui reprend la chanson Never Can Tell de Chuck Berry en 1964 ?