Tout le monde peut-il réellement postuler à l’Académie française ?

  • A
  • A
Tout le monde peut-il réellement postuler à l’Académie française ?
L'Académie française a été créée sous le règne de Louis XIII, au 17ème siècle.@ Lionel BONAVENTURE/AFP
Partagez sur :

En principe, tout le monde peut postuler à l’Académie française. Une ouverture qui permet toutes les candidatures, y compris les plus farfelues.

L’écrivaine algérienne Assia Djebar est morte il y a un an, le 6 février 2015, à Paris. Depuis, le fauteuil numéro cinq de l'Académie française est vide. Plus pour très longtemps… Jeudi, les immortels procéderont à l’élection de son successeur. L’heureux gagnant aura la chance d’endosser le somptueux habit vert, brodé de rameaux d’olivier verts et or. Quelques jours avant sa réception officielle à l’Académie, le candidat élu se verra également remettre une épée personnalisée, dont la poignée "porte les symboles représentant la vie et l’œuvre du futur académicien".

Huit candidats sont en lice. Il y a des favoris, comme l’écrivain Andreï Makine, et d’autres (beaucoup) plus inattendus. Parmi eux, le chanteur Eduardo Pisani, interprète du très kitsch Je t’aime le lundi, et le lycéen Valentin Ogier, âgé de quinze ans, qui veut "surpasser l’insurpassable". Leurs candidatures ont bel et bien été validées, même si leurs chances de devenir des immortels sont nulles. Tout le monde peut-il vraiment postuler à l’Académie française ?

Sur le papier, tout le monde peut y postuler. "Personne ne sera reçu dans l’Académie qui ne soit agréable à Monseigneur le Protecteur et qui ne soit de bonnes mœurs, de bonne réputation, de bon esprit et propre aux fonctions académiques", proclamaient les premiers statuts de l’institution créée sous le règne de Louis XIII, en 1635. Les candidats doivent avoir moins de 75 ans à la date du dépôt de candidature. Il n’y a aucune condition de titre, ni de nationalité. Il est bien entendu nécessaire de parler le français, puisque la mission des académiciens est de défendre la langue française. Aucune couleur ou orientation politique n’est requise. L’écrivain négationniste Olivier Mathieu, qui chérit le ministre de l’Education du régime de Vichy Abel Bonnard, figure cette année encore sur la liste des prétendants. Il s’est déjà présenté de nombreuses fois et n’a jusqu’ici obtenu qu’une seule voix, en 2003. L’écrivain Arnaud Aaron-Upinsky, qui se dit également linguiste, est proche des milieux catholiques traditionalistes.

Mais pour y entrer, mieux vaut soigner sa lettre de motivation… Les prétendants sont tenus d’adresser des lettres de candidature à Hélène Carrère d’Encausse, la secrétaire perpétuelle de l’Académie française, ainsi qu’à ses membres. Les "cordialement", "veuillez trouvez ci-joint mon CV" et autres formules plates et ordinaires sont strictement déconseillées. Il faut à la fois briller par la qualité de sa plume et s’adresser avec sensibilité aux immortels. Le Figaro.fr rapporte que beaucoup d’entre eux avait été enthousiasmés par la missive de François Weyergans, élu en mars 2009. "Il a rappelé nos points communs, notamment le fait que nous avons été tous les deux critiques de cinéma", se souvient Frédéric Vitoux, qui occupe le fauteuil numéro quinze. L’usage veut également que les aspirants immortels proposent aux membres de l’Académie de leur rendre visite. Ce que ces derniers ne sont pas obligés d’accepter.
 
… Et avoir un CV solide. L’écrivain russe Andreï Makine a vu son travail récompensé de multiples fois, notamment par le prix Prince Pierre de Monaco en 2005 et par le prix Mondial de la Fondation Simone et Cino del Duca-Institut de France en 2014. Il vient également de la francophonie et son élection permettrait le respect de la règle informelle qui veut qu’un francophone succède à un autre francophone. Un autre aspirant à l’habit vert et mastodonte des lettres, l’ancien ministre de la Culture François Mitterrand, a d’ailleurs retiré sa candidature après l’annonce de celle d’Andreï Makine. Ses concurrents, qu’ils soient lycéen, chanteur ou poète-blogueur, savent qu’ils n’ont aucune chance d’être élu. Pour devenir un immortel, Andreï Makine doit obtenir la majorité absolue. L’élection peut être déclarée “blanche” s’il n’y parvient pas. Dans ce cas, le fauteuil d’Assia Djebar restera encore vide quelques temps...