Philippe Starck : "Je travaille sur un gros projet tous les jours et demi, c’est une maladie mentale"

  • A
  • A
Partagez sur :

Dans l’émission C’est arrivé demain, l’inventeur touche-à-tout Philippe Starck a confié à David Abiker ses rituels de création bien à lui.

Explorateur. Philippe Starck, invité dimanche de C’est arrivé demain, aime se définir comme un "rêveur professionnel à tendance explorateur". Son inspiration prolifique n’a aucune limite. Le créateur de génie a récemment réinventé le champagne, rendu sa noblesse à la bière et bâti rien de moins que "le plus grand voilier privé de l’histoire de l’humanité". Un monstre marin futuriste de 22 000 tonnes, aux voiles transparentes et à la cale de verre.

Nu face à sa feuille blanche. Cette fulgurance d’idées, Philippe Starck la doit a un rituel d’introspection bien précis, qu’il pratique chaque matin dans ses nombreux lieux de vie itinérants. "Je vis avec ma femme et ma fille de cinq ans, loin de tout, au milieu de nulle part, au milieu de la forêt, de la mer, de la boue, des dunes, dans des cabanes sans eau ni électricité, raconte-t-il. Et tous les matin à 7h, devant une petite table de cuisine à un mètre de mon lit, tout nu, je suis en face de moi-même, en face de ma feuille blanche, toujours la même." C’est donc uniquement dans cet environnement dépouillé que son cerveau peut se mettre en marche. "Une fois qu’on on est seul, qu’on a pas écouté la radio, pas regarder la télé, pas lu les journaux, on est obligé de puiser à l’intérieur de soi-même, de ses propres réflexions, de ses propres intuitions".

Production hors-norme. Le niveau de production de Philippe Starck est hors-norme. "Je travaille sur un gros projet tous les jours et demi. C’est une maladie mentale", confie cet insatiable curieux, animé par la nécessité de comprendre le monde et son fonctionnement. "Ce travail de lecture de compréhension, de gisement à l’intérieur de son propre inconscient, c’est mon boulot et je fais ça nuits et jours et pour toujours peut-être".