Paul McCartney règle ses comptes avec Yoko Ono

  • A
  • A
Paul McCartney règle ses comptes avec Yoko Ono
@ MATHIAS LOEVGREEN BOJESEN / SCANPIX DENMARK / AFP
Partagez sur :

L'ex-Beatles revient dans une interview sur la mort de John Lennon et lâche au passage un tacle à Yoko Ono.

Paul McCartney serait-il rancunier ? La star britannique revient sur la période Beatles dans un entretien au magazine Esquire et n'hésite pas à régler ses comptes notamment avec John Lennon et sa compagne au moment de son assassinat, Yoko Ono.

Lennon, "vu comme un martyr". Le musicien revient notamment sur la mort de John Lennon, qui a fait de lui "un martyr", "un JFK". "J'ai commencé à être frustré parce que les gens disaient : 'les Beatles, c'était lui'", confie Paul McCartney. "Oui, John a fait du très bon boulot. Et après les Beatles, il a encore fait de très bonnes choses, mais il a aussi fait des choses moins bien", juge-t-il. "Le fait qu'il soit vu comme un martyr l'a élevé au rang d'un James Dean. Même si cela ne me dérangeait pas - je suis d'accord avec cela - je comprenais bien qu'il y allait avoir du révisionnisme".

"Va te faire voir chérie". Et Paul McCartney d'enfoncer le clou en citant Yoko Ono, la compagne de John Lennon au moment de sa mort. "Yoko parlait à la presse, et elle disait [en imitant l'accent de Yoko] : 'Paul n'a rien fait ! Tout ce qu'il a fait, c'est réserver le studio...'". "'Va te faire voir, chérie ! Attends un peu ! Tout ce que j'ai fait c'est réserver le studio ?' Ok, maintenant les gens savent que ce n'était pas vrai. [...] Mais à l'époque, il y avait beaucoup de révisionnisme : John a fait ci, John a fait ça", poursuit le musicien, qui a visiblement gardé une dent contre Yoko Ono.

"Yesterday", sa chanson. Paul McCartney raconte aussi que les titres des Beatles sont créditées "Lennon et McCartney". Y compris la célèbre chanson "Yesterday", "avec laquelle John n'avait en réalité rien à voir, ni aucun des autres Beatles - je l'ai écrite moi-même, chantée moi-même". Il raconte donc avoir demandé à ce que la chanson soit créditée "Paul McCartney et John Lennon". "Au début, Yoko avait dit oui", avant de changer d'avis, au grand dam du musicien.