Mika revient avec "No Place in Heaven", son quatrième album

  • A
  • A
Mika revient avec "No Place in Heaven", son quatrième album
Partagez sur :

MUSIQUE - L'auteur-compositeur et interprète de 31 ans sort lundi un nouvel album. 14 titres très pop dont 4 en Français. 

On a beaucoup vu Mika comme juré de l'émission "The Voice" sur TF1 ces derniers temps. Mais le  chanteur anglo-libanais de 31 ans sort lundi son quatrième album, No Place in Heaven, ("Pas de place au Paradis"), à la fois plus personnel mais aussi à la tonalité résonne très pop. Mika, plus serein qu'auparavant, évoque la sortie de ce nouvel opus au micro d'Europe 1.

Influence des sixties. Le Mika de Relax n'est plus. Dans No Place in Heaven, le chanteur "parle des choses sérieuses" mais de manière "décomplexée", explique-t-il au micro d'Europe 1 avant de mettre en avant l'aspect paradoxal de son nouvel album, enregistré à Los Angeles. "Ce côté 'fun' mélangé avec un côté plus 'dark', le 'sucré' mélangé avec le 'salé', ça suit ce que j'ai commencé il y a sept ans, huit ans maintenant", confie-t-il. Les quatorze titres de ce nouvel album, dont quatre en français, s'éloignent de la musique électronique pour revenir au piano notamment.

Ecoutez le titre Good Guys :

De branché à populaire ? Au début de sa carrière, il faisait plutôt très branché, fait remarquer à Mika le journaliste d'Europe 1 Mathieu Charrier. Est-il aujourd'hui passé de chanteur branché à chanteur plus populaire ? "J'ai réalisé que je m'isolais", explique le chanteur qui pense aujourd'hui que c'était une manière "de se préserver comme artiste."

Dans Talk about you, le chanteur parle d'amour :

Pourtant cet isolement ne l'a pas aidé à créer. Au contraire, assure-t-il. Mika a fait beaucoup de télévision depuis. Les postes de juré de "The Voice", mais également de "X Factor" en Italie lui ont permis de s'ouvrir. Le fait "de s'expliquer, de se confronter" aux gens sur le plateau d'une émission très populaire, "en fait, ça donne beaucoup d'énergie. Ça m'aide et je peux rester moi-même", conclut-il.