Marion Cotillard décrit la "douleur physique" sur le tournage de "Macbeth"

  • A
  • A
Marion Cotillard décrit la "douleur physique" sur le tournage de "Macbeth"
Partagez sur :

CANNES 2015 - Le tournage du film de Justin Kurzel s'est déroulé entre l'Ecosse et l'Angleterre, dans des conditions assez extrêmes, a raconté l'actrice à Europe 1.  

Samedi, les festivaliers ont découvert le dernier film en compétition, Macbeth, du réalisateur australien Justin Kurzel. Au casting, deux acteurs très cotés à Hollywood, Marion Cotillard, qui incarne  Lady Macbeth et Michael Fassbender, dans le rôle titre. Marion Cotillard s'est confiée à Europe 1 à la sortie de la projection. L'actrice oscarisée est notamment revenue sur la difficulté d'interpréter un tel rôle.

"Cadeau merveilleux".La première chose qui a surpris Marion Cotillard, c'est de se voir proposer le rôle de Lady Macbeth. "Pourquoi à moi, actrice française ?" s'est-elle interrogée sans toutefois manquer l'opportunité, et même, "le cadeau merveilleux de dire du Shakespeare en Anglais", dit-elle. Mais un gros travail attendait l'actrice de La Môme. Le réalisateur Justin Kurzel a en effet décidé de respecter à la lettre le texte du dramaturge britannique. "Il a fallu que j'étudie longuement le texte et que je comprenne toutes ses subtilités", confie-t-elle.


Marion Cotillard raconte le tournage de Macbethpar Europe1fr

"La grêle, en plein visage." Le tournage, qui a duré sept semaines réparties entre l'Ecosse et l'Angleterre, a aussi été particulièrement délicat, notamment à cause des conditions climatiques. Marion Cotillard se souvient même d'un jour où le vent était si fort que les acteurs n'arrivaient même pas à tenir debout. "Je suis tombée par terre et il a fallu quatre personnes pour me relever", raconte l'actrice qui décrit "une espèce douleur physique" entre les rafales de vent, le froid et "la grêle en plein visage." Ces conditions, il faut pourtant "s'en servir" assure la comédienne qui parfois, "ne sentait plus son corps tant il faisait froid" et qui intégrait cette sensation physique à son jeu.