"Maman a tort" : la nouvelle enquête de Michel Bussi

  • A
  • A
"Maman a tort" : la nouvelle enquête de Michel Bussi
Partagez sur :

LIVRES - Malone, trois ans et demi, affirme que sa maman n’est pas sa maman. Et si la vérité sortait vraiment de la bouche des enfants… Cette sagesse populaire forme le point de départ du dernier roman de Michel Bussi, cinquième écrivain français le plus lu. 

Malone vit dans un petit village de Normandie avec ses parents. Il traîne partout avec lui son doudou Gouti, il se prête à d’étranges rituels et la pluie provoque chez lui une peur incontrôlée. Caprices enfantins ou vrai traumatisme ? Pour Vasile Dragonman, psychologue scolaire, il n’y aucun doute. Malone s’accroche désespérément à ses souvenirs, et s’il dit que sa maman n’est pas sa maman, c’est sans doute vrai. Il sait aussi qu’il y a urgence à agir car, avec le temps, la mémoire d’un enfant se dissout.

De quoi se souvient-on vraiment ? - Voici le lecteur plongé dans la complexité de la mémoire humaine. De quoi se souvient-on vraiment ? Nos souvenirs sont-ils basés sur la réalité ou sur ce que l’on nous a raconté de cette réalité ? Sans compter la mémoire sensorielle, grâce à laquelle notre être se souvient malgré tout, même quand le conscient n’est plus en capacité de se remémorer. Quoi qu’il en soit, la mémoire est fragile, d’autant plus quand l’entourage d’un enfant met tout en œuvre pour qu’il oublie sa véritable identité…

Homme tenace et responsable, Vasile Dragonman ne s’arrêtera pas aux réprimandes des parents qui ne veulent pas qu’on vienne fouiner dans leur vie de famille, ni à l’avertissement de la directrice d’école qui craint les commérages d’un petit village. Au mépris de toutes les règles administratives et même déontologiques, le psychologue sollicite la police, et plus particulièrement Marianne Augresse, commandante dans un commissariat du Havre. Celle-ci ne reste pas indifférente au charme du psychologue, mais elle a d’autres chats à fouetter, une enquête qui traîne depuis un an : un braquage à Deauville, quatre complices, deux morts … et aucune trace du butin.

Un romancier géographe - Le Havre, Deauville, Manéglise, Potigny, une falaise sur le bord de mer et une base abandonnée de l’OTAN… Michel Bussi a l’air de parfaitement connaître cette Normandie, aire géographique dans laquelle il inscrit sa dernière enquête tout comme l’ensemble de ses romans. Il faut alors préciser que l’auteur, originaire de la région, est également professeur de géographie à l’Université de Rouen. Le lecteur ressent aussitôt le plaisir et la précision avec lesquels il décrit ces lieux. Il y ajoute également une réalité sociologique, celle du chômage, de la misère sociale et de l’évolution du paysage urbain.

Enquête policière menées tambour battant, histoires entremêlées et personnages ambigus, il semblerait que tous les ingrédients d’un succès soient entre nos mains. Malgré la complexité des intrigues et les nombreux personnages, Michel Bussi ne perd jamais son lecteur plus qu’il ne faut. Le romancier n’a même pas peur de sacrifier des personnages, pourtant centraux. L’écriture est simple, les nombreux dialogues accélèrent l’action et, au fur et à mesure de courts chapitres, la pression ne cesse de monter. Et les multiples rebondissements ne laissent jamais le lecteur certain de l’issue de l’enquête.


Hangouts en direct - Diffusion gratuite le lundi 11 mai 18:30 - 19:30
Rencontre avec Michel Bussi retransmise en direct à l'occasion de la parution de son nouveau roman "Maman a tort" aux éditions Presses de la Cité.
200 personnes dans la salle... et vous devant votre écran !
Cela se passera