"La ballade silencieuse de Jackson C. Franck" et "Plus jamais seul" : les coups de cœur des libraires

  • A
  • A
Partagez sur :

Chaque week-end sur Europe 1, dans "La voix est livre", avec Nicolas Carreau, deux libraires partagent leurs coups de cœur.

DANS VOTRE BIBLIOTHEQUE

Chaque semaine, des libraires extraient des pépites de leurs rayonnages. Ce samedi, Jérémie Banel, de la librairie "Fontaine", à Paris, et Anaïs Balin, de la librairie "L'Ecriture", à Vaucresson, nous dévoilent leurs choix dans La voix est livre, sur Europe 1.


La ballade silencieuse de Jackson C. Franck de Thomas Giraud, aux éditions de La contre-allée

"C'est le deuxième roman de Thomas Giraud publié chez cette maison d'édition. Il faut déjà regarder la couverture, que je trouve très chouette. J'ai aussi eu un énorme coup de cœur pour le titre. C'est assez poétique, d'autant plus quand on sait que Jackson C. Franck est un chanteur de folk, américain, qui a sorti un seul et unique album, Blues run the game, en 1965, dans l'ombre d'un certain Bob Dylan. Thomas Giraud va nous plonger dans le destin un peu hors du commun de ce chanteur. Gamin, il grandit dans l'état de New York, survit assez miraculeusement à l'incendie de son immeuble. Il apprend la guitare au cours de sa très longue convalescence. Jackson C. Franck part ensuite à Londres à 21 ans. Il chante dans les bars, va rencontrer Paul Simon qui, avec Art Garfunkel, va produire le fameux album. Ensuite, ça va être un peu la dégringolade", retrace la libraire Anaïs Balin.

Quant au travail d'écriture, elle ajoute : "Il y a quelque chose d'hyper poétique et je trouve ça génial de questionner le silence qui s'installe chez un musicien. Il y a aussi une sorte de motif géométrique et les couleurs jaune et rouge que l'on va retrouver en filigrane dans tout le roman. C'est lumineux et sombre en même temps. La mort de ce type-là va être aussi romanesque que son adolescence. C'est une pépite, entre délicatesse et rugosité. On peut écouter l'album en lisant le roman, ça vaut vraiment le coup."

ballade

Crédit photo : La contre allée.


Plus jamais seul de Caryl Ferey, aux éditions Série noire

"C'est un roman policier qui parle aussi de musique. Caryl Ferey revient avec son héros de jeunesse, Mc Cash, à qui il avait déjà consacré deux livres. Mc Cash est un ancien policier, ancien délinquant, avec un parcours très compliqué. Il a perdu un œil dans des histoires un peu glauques et il aime beaucoup la musique. On retrouve d'ailleurs la musique tout au long de ce livre. Mc Cash est aussi un sale type, pas très sympa. Il règle les problèmes de façon assez expéditive mais il est très attachant. Là, il vit avec sa fille, n'a pas trop de projets parce qu'il est parti de la police. Il est complètement perdu et apprend la mort d'un de ses amis dans un accident de bateau, qui a tout de suspect. Ça le lance à la recherche d'une explication et ça lui permet de revenir sur son parcours avec son ami et de faire face aux fantômes de son passé", décrit Jérémie Banel.

"L'exploit, à chaque fois avec Mc Cash chez Ferey, c'est de rendre attachant ce type. Là, ça fonctionne à plein parce qu’on s'aperçoit qu'il est très humain tout en étant dans le cliché du mec mutique qui préfère boire des coups plutôt qu'expliquer les choses et discuter."