Grenoble : des distributeurs d'histoires courtes pour patienter

  • A
  • A
Partagez sur :

La ville voit fleurir depuis une semaine des distributeurs placés dans les endroits où l'on est susceptible d'attendre et qui proposent des histoires à lire en  une, trois ou cinq minutes. 

C'est un distributeur pas comme les autres qui a vu le jour à Grenoble il y a une semaine. Pas de soda ni de café à la clé mais… des histoires courtes. Ces distributeurs originaux, huit bornes cylindriques avec trois boutons, sont installés dans les maisons de quartiers, l'office de tourisme de la ville ou encore la mairie, des endroits où l'on peut attendre, son tram, son bus, etc. Au choix ? Une histoire qui dure une, trois ou cinq minutes, en fonction du temps qu'on a devant soi. L'histoire est alors imprimée à la demande sur une sorte de long ticket de caisse qui fait huit centimètres de large. Et en plus, c'est gratuit.

Une petite boîte pour "attendre intelligemment". Les distributeurs proposent uniquement de la fiction. Essentiellement des nouvelles, des mini bande-dessinées ou des poèmes. Toutes ces histoires ont été mises à disposition par la société "Short Edition", une plateforme communautaire spécialisée depuis 2011 dans l'édition d'histoires courtes. Cette start-up grenobloise a d'ailleurs déjà édité plus de 9.000 auteurs, des anonymes qui lui font parvenir leurs textes, qu'elle diffusait jusque-là gratuitement sur son site internet à ses 140.000 abonnés. D'où est partie l'idée ? "On aime la littérature courte", a confié à France 3 Christophe Sibieude, co-fondateur et Président de Short Edition qui entend par là : "tout ce qui se lit d'une traite en moins de 20 minutes". Son équipe a alors eu l'idée de "créer une petite boîte qui permettrait d'attendre intelligemment." C'est la communauté qui lit les histoires et qui décide de mettre les meilleures en avant. Les auteurs lauréats reçoivent entre 5 et 10 euros par texte publié, explique-t-on à Short Edition. 

Imprimer sur papier à l'heure du numérique ne serait-il pas dépassé ? C'est un pari mais l'opération a le mérite d'être simple et instantanée puisque tout le monde n'a pas une liseuse ou un smartphone avec la bonne application à portée de la main. Là, il suffit d'appuyer sur un bouton, les histoires sont à portée de tous, c'est un peu comme les journaux gratuits dans le métro ou les transports. Les formats sont vraiment réduits et imprimés à la demande.  

L'installation de ces distributeurs à Grenoble est une première. L'expérience devrait y durer un an, mais Short-edition compte bien se développer dans d'autres communes.