Dix ans du quai Branly : Chirac voulait "rendre hommage aux cultures non européennes"

  • A
  • A
Dix ans du quai Branly : Chirac voulait "rendre hommage aux cultures non européennes"
@ POOL / AFP
Partagez sur :

Le musée du quai Branly fête ses dix ans en juin. L'occasion de rappeler que Jacques Chirac est à l'initiative de ce lieu culturel consacré aux "arts primitifs"

INTERVIEW

Le 21 juin, le musée du Quai-Branly fêtera son dixième anniversaire, avec notamment l'exposition "Jacques Chirac et le dialogue des cultures"*. Un événement qui vient rappeler que l'ancien président a souhaité ce musée, symbole de sa passion pour les arts premiers, longtemps restée secrète. Stéphane Martin, directeur du musée qui sera d'ailleurs bientôt rebaptisé musée Chirac, était l'invité de David Abiker dimanche dans l'émission C'est arrivé demain.

Un nouveau musée plutôt qu'un département au Louvre. Tout débute en 1995. "Le big bang, c'est un coup de fil de Jacques Chirac à Philippe Douste-Blazy (alors ministre de la Culture, ndlr) disant qu'il veut rendre hommage aux cultures non européennes." Au départ, ce devait être un département des arts premiers au Louvre, une idée soufflée par le marchant d'art et collectionneur Jacques Kerchache. Ce dernier "avait essayé de convaincre François Mitterrand, qui avait d'autres priorités". Mais Jacques Chirac adhère, alors que "tout le monde était contre". "Le seul autre exemple, c'est le centre Pompidou, où un président a presque eu une idée seul dans sa salle de bain", glisse Stéphane Martin.

Chirac voyageur cultureux. C'est avec ce musée que le grand public découvre la passion de Jacques Chirac pour les arts primitifs, en même temps que celle qu'il a pour le sumo et pour les arts asiatiques en général. "Je crois que sa passion lui vient de l'enfance, parce qu'il a eu l'occasion de voyager. Il parlait bien anglais, russe, il a appris la calligraphie chinoise. C'était un moyen de s'échapper de ses cours de Sciences-Po ou de sa carrière politique. Mais c'est quelque chose qu'il a toujours eu en lui, qu'il ne montrait pas. C'était aussi une autre époque de l'information. On ne demandait pas aux hommes politiques ce qu'il y avait sur leur table de chevet."

Jean Nouvel. Le musée lui-même est novateur. De couleur rouille, en bord de Seine, avec à l'extérieur un mur végétalisé et à l'intérieur des jeux de clair-obscur, le bâtiment de Jean Nouvel est une oeuvre-d'art. "Pendant longtemps, les musées se sont mis là où on pouvait les mettre, dans d'anciens palais royaux, et on n'accordait pas beaucoup d'importance à l'écrin. Depuis 20 ans, l'architecture est devenue partie prenante et Jacques Chirac voulait que son musée soit conçue par un grand architecte."

*Siestes électroniques, rencontre avec Jean Nouvel, jeux et entrée au musée gratuites sont également au programme de cet anniversaire.