"Desproges par Desproges" : un livre d'une richesse incroyable

  • A
  • A
Voir la vidéo sur Dailymotion
Partagez sur :

Un ouvrage, co-réalisé par la fille de l'humoriste, sort jeudi. Il fourmille de documents qui nous permettent d'en savoir un peu plus sur l'homme.

340 pages et un bon kilo 880 grammes. Il va vous falloir du temps, beaucoup de temps pour lire "Desproges par Desproges", publié jeudi. Un ouvrage d'une richesse incroyable, co-réalisé par la fille de l'humoriste.

Desproges enfant en photo. Plus de 600 documents sont présents dans le livre. Des textes bien sûr, mais pas seulement. On découvre ainsi une galerie photo de Pierre Desproges à tous les âges : enfant mangeant une biscotte, en troufion pendant son service militaire, dans une baignoire avec Poumi, son ami de cœur, ou péchant le poisson rouge dans un bocal au moyen d’une épuisette. Des photos qui en disent long sur la vie intime de celui qui confessait ne pas avoir eu la chance de vivre une enfance malheureuse, tout juste ennuyeuse.

Desproges journaliste. On passe aussi des heures passionnantes à détailler des reproductions de textes dactylographiés ou manuscrits. Lettres à ses parents, à son ami Poumi, lettres à Hélène, son amour qui deviendra sa femme. Des coupures de journaux aussi. On apprend ainsi que Pierre Desproges a écrit, quand il était journaliste à L’Aurore, le récit de l’arrestation de Jacques Mesrine et la nécrologie de Francis Blanche.

Desproges se fâche. Fantaisiste sans doute, Pierre Desproges était aussi pessimiste et nihiliste, assurément. Ayant fait tous les métiers, même directeur d’un entreprise vendant des poutres en polystyrène, il fallait bien qu'il se risque à tenter de faire rire ses contemporains. Tendre, mais provocateur, aimant les jeux de mots et parfait jouisseur, il ne fait pas rire tout le monde. Les brèves qu’il écrit dans L'Aurore lui valent l’admiration de Françoise Sagan, mais la colère de nombreux lecteurs. Jacques Martin et Jean Michel Ribes avec qui il travaille, rient un temps mais pas longtemps. Pierre Desproges se fâchera aussi avec Claude Villers, son président, dans le Tribunal des flagrants délires.