"C'est le Maroilles qui se fout du Pont-l’Évêque", ces vieux dictons décryptés

  • A
  • A
"C'est le Maroilles qui se fout du Pont-l’Évêque", ces vieux dictons décryptés
Que signifient les vieux dictons ?@ FREDERICK FLORIN / AFP
Partagez sur :

Daniel Lacotte, amoureux des mots truculents de la langue de Molière, sort un livre sur les dictons et proverbes. Il était invité sur Europe 1, dimanche.

Les mots truculents - carabistouilles, chenapan, malandrin, tintinnabuler - l'écrivain Daniel Lacotte les a apprivoisés. Il sort même un nouveau libre Dictons et proverbes les plus truculents de la langue française, aux éditions Larousse. Invité dans C'est arrivé demain, dimanche sur Europe 1, il a décrypté pour les auditeurs quelques-unes de ces expressions truculentes et rythmées, en général transmises à l'oral et qui renvoient souvent à la ruralité et au religieux.

>> Il faut laisser mûrir la poire

"C'est peut-être ce que se dit François Hollande", commente le spécialiste. Il s'agit ici d'une version fruitée de l'expression "Il faut laisser du temps eu temps".

>> C'est le Maroilles qui se fout du Pont-l’Évêque 

Une version plus fromagère de "C'est l'hôpital qui se fout de la charité". Avec une pointe de fierté régionale.

>> Jeune femmes et vieux chevaux mènent l'homme au tombeau

"Les vieux chevaux ne servent plus à labourer et tirent le corbillard pour amener l'homme au tombeau. Quant à une jeune femme très vigoureuse avec un homme, ma foi, elle peut aussi le mener au tombeau si elle le fatigue un peu trop", explique Daniel Lacotte.

>> C'est le Diable qui chante la Grand Messe

C'est une expression synonyme d’impossibilité. "Le Diable, c'est Satan, c'est Lucifer, il est donc incapable de chanter la Grand-Messe.

>> Etre méchante comme un âne rouge

"Le rouge est très intéressant et il y a beaucoup d'erreurs sur l'explication de ce proverbe. Certains disent que le rouge est la couleur des cardinaux, qui sont méchants. Faux !", selon l'écrivain, qui explique plutôt que le rouge et la rousseur étaient repoussés. "Une femme rousse au Moyen Age, on disait que c'est une sorcière", poursuit l'écrivain.