Ce que vous ne savez pas sur la bande originale de "Trainspotting"

  • A
  • A
Ce que vous ne savez pas sur la bande originale de "Trainspotting"
Même l'affiche du film est culte.@ Capture d'écran Allociné
Partagez sur :

Trainspotting est le choc d'une génération. Celle d'une bande de drogués écossais au milieu de la crise des années 90. Entre cruauté et comique, le film et sa BO sont devenus cultes.

L'ALBUM CULTE

La musique du film fête ses 20 ans cette année. Le film commence avec la musique survitaminée d'Iggy Pop et son Lust for live. Dans les salles obscures, à l'époque, on comprend instantanément que l'on est parti pour deux heures tout sauf reposantes. Mais les spectateurs s'y attendent. En 1996, le film de Danny Boyle adapté du roman d'Irvine Welsh traite de drogue, de mort, de galère. C'est l'histoire de la bande musicale culte du film que retrace le Europe 1 Music Club.

Choc sur la Croisette. Trainspotting a choqué - notamment lors de sa présentation à Cannes - parce qu'il a montré la réalité d'une certaine jeunesse écossaise dans la crise. Dans la bande de junkies à qui il arrive des aventures sordides mais aussi parfois drôles, il y a Rent Boy joué par Ewan McGregor, Sick Boy, Tommy, Spud, Franco, leurs copains, leurs parents, leurs nanas, leurs dealers, le chômage et même la scène glaçante du bébé qui meurt faute d'avoir été nourri parce que ses parents sont trop occupés à consommer. Il fallait bien un peu de bonne musique pour faire passer...la pilule.

Dans cette compilation de bon son, il y a notamment Atomic, une chanson interprétée par Blondie dans le film mais qui est chantée par les Sleeper dans certaines versions du disque de l'époque, pour la simple et bonne raison qu'ils étaient moins chers.

Dixième degré. A noter aussi que dans le film (et pas sur l'album) apparaît une musique de 1875 qui n'est autre que Carmen de Bizet. Depuis Orange mécanique, on a compris qu'une scène de drogue sur du classique fait des merveilles de mélange des genres. Dans le même style ironique au plus haut degré, la chanson Perfect day de Lou Reed illustre un jour où la bande de drogués regarde passer les trains.

Britpop. Dans cette (més)aventure écossaise, la britpop des années 90 est aussi bien présente avec Blur et Pulp pour les garçons et les Elastica pour les filles. On retrouve aussi sur la BO le groupe Primal Scream, avec son leader Bobby Gillespie, parrain de la fille de Kate Moss ou encore New Order, incontournable de la scène de Manchester et d'ailleurs surnommé "Madchester". Enfin, il y a le titre qui est devenu l'hymne d'une génération qui se lève à 14h et allume son premier pétard à 14h02 : Born Slippy d'Underworld.


Et au Canada où sont proscrit les anglicismes...

...Le film s'appelait Ferrovipathe. "Pathes" pour malades et "ferrovi" pour le rapport aux trains ! Soit, malades de regarder les trains passer.