Black M : "Il faut croire en ses rêves !"

  • A
  • A
Partagez sur :

Connaissez-vous le chanteur Black M ? Et bien en tout cas, les jeunes, eux, l'adorent. Il est en effet classé cinquième personnalité la plus populaire par le Journal de Mickey. Il était l'invité de Thomas Sotto mercredi matin. 

5e du classement. Mercredi est la journée des enfants. Et Europe 1 s'adresse directement à eux avec l'interview du chanteur Black M, invité de la matinale de Thomas Sotto. L'interprète de "Sur ma route" est classé cinquième personnalité la plus populaire dans le sondage Ipsos pour le Le journal de Mickey chez les 7-14 ans. Une place qui honore le rappeur, pourtant deuxième du classement l'année dernière.

"Ma musique est pour tout le monde". "En tant que rappeur, cela ne me dérange pas du tout d’être dans le classement du Journal de Mickey, c’est une fierté car ma musique est pour tout le monde", a-t-il en effet assuré sur notre antenne. 

"Croire en ses rêves". Black M devance ainsi dans le classement Omar Sy, Zlatan Ibrahimovic ou encore David Guetta. Une véritable joie pour le rappeur qui invite tout le monde à "croire en ses rêves", ce qu'il a toujours fait et il est là aujourd’hui "à vivre de sa musique et à faire des concerts dans le monde entier".

"Il faut foncer sans se retourner". Alors que mercredi, des jeunes vont défiler dans la rue contre la loi El Khomri mais aussi et surtout car ils ont peur de l’avenir, Black M leur adresse un message. "Quand les jeunes croient vraiment en ce qu’ils font, qu’ils n’hésitent pas à foncer sans se retourner". "Moi je fonctionne énormément avec la critique, je la prends et je le transforme en énergie positive", a-t-il ajouté.

Black M est connu pour ses tubes et notamment celui qui s’appelle "Madame Pavoshko", "un nom qu’il a inventé", assure-t-il pour "faire référence à toutes les conseillères d’orientation" qu’il a eues dans sa scolarité afin de leur adresser un petit message marrant car "elles pensaient que j’allais finir en prison ou à l'hôpital. Et bien finalement, non, j’ai réussi". "A l’école j’étais un élément perturbateur, je ne bossais pas beaucoup, donc cette chanson est une petite revanche sans pour autant se prendre au sérieux", a-t-il expliqué.