Bertrand Blier livre quelques pépites sur "Les Valseuses"

  • A
  • A
Partagez sur :

Le film, sorti il y a quarante ans, n'a pas vieilli. Son réalisateur revient sur les difficultés de trouver ses acteurs et sur le tournage des scènes brûlantes. 

INTERVIEW

Les Valseuses, le chef-d'œuvre de Bertrand Blier, adapté de son roman du même nom paru en 1972, est sorti sur les écrans il y a exactement 40 ans. On se souvient de la cavale de Jean-Claude et Pierrot, bouleversants voyous libres et obsédés dans la France des années 70. On se souvient aussi de Marie-Ange, petite shampouineuse qui devient leur complice, avec sa voix qui traîne et de ses petites robes roses largement ouvertes. Gérard Depardieu, Patrick Dewaere et Miou-Miou, l'irremplaçable trio du film, ont joué dans Les Valseuses leur premier véritable grand rôle. Isabelle Huppert y fait également ses premiers pas et Jeanne Moreau une apparition très remarquée. Le réalisateur, Bertrand Blier, invité des Secrets de tournage vendredi sur Europe, se souvient du casting éprouvant et du tournage plein de folies.

Souci numéro 1 : trouver les acteurs. Bertrand Blier a déjà son scénario. Le réalisateur a mis des mois et des mois à trouver Gérard Depardieu et Patrick Dewaere, après avoir vu des centaines d'acteurs. Pourtant, Gérard Depardieu, qui avait lu le livre, l'a immédiatement prévenu "C'est moi, ne cherche pas", raconte Bertrand Blier qui voyait l'acteur chaque jour mais ne l'envisageait pas dans le rôle. "Gérard Depardieu était mince mais il faisait peur quand même", se souvient-il. Son idée fixe : que l'un des deux acteurs ne domine pas l'autre. "Gérard ? Les femmes ne vont pas supporter", lui disait encore son producteur pour le dissuader. Mais le comédien était si parfait pour le rôle que le réalisateur a fini par trancher en sa faveur.

Parallèlement, Bertrand Blier aimait beaucoup Patrick Dewaere mais le trouvait "aussi costaud que Gérard (Depardieu)", ce qui l'ennuyait. Il voulait un duo à la Laurel et Hardy avec un grand et un petit. Au bout de plusieurs mois, Patrick Dewaere est revenu pour lui redire à quel point il voulait faire le film. Il lui donne alors un argument original pour le convaincre. "Je vais me mettre un peu derrière l'épaule de Gérard et j'aurai l'air plus petit". Bertrand Blier le prend immédiatement, adorant l'idée. Pour Miou-Miou, tout a été plus facile, l'actrice est immédiatement apparue comme "une évidence".    

Souci numéro 2 : la discipline. Professionnellement, le tournage s'est passé idéalement. Bertrand Blier avait à peine besoin de diriger ses "acteurs de génie". Mais le tournage a été un peu plus à l'image des comédiens qui "étaient dans la vie comme dans le film". Gérard Depardieu et Patrick Dewaere "vivaient avec leurs costumes, ils dormaient avec les blousons", confie le réalisateur. Les acteurs sortent très tard le soir et reviennent "avec leur microclimat de la nuit". Ils ont parfois du mal à se rappeler de leur texte. Bertrand Blier se souvient encore de Gérard Depardieu lui disant : "Je ne sais pas ce qui s'est passé mais Patrick a roulé une pelle à un bouledogue". Le réalisateur, lui, "vivait planqué à l'écart", pour rester concentré. "Sinon, je n'aurais pas pu faire le film", assure-t-il.

Souci numéro 3 : tourner les scènes chaudes. L'une des scènes les plus érotiques des Valseuses se déroule dans un train vide. Une jeune femme, seule dans un wagon avec les deux héros du film, "a la malencontreuse idée de donner le sein à son bébé". S'ensuit une scène de sexe assez crue, où Patrick Dewaere tète le sein de la jeune femme qui prend finalement elle-même du plaisir. Brigitte Fossey qui s'est glissée dans ce rôle, "n'était pas effarouchée", mais Bertrand Blier se souvient tout de même d'un moment où l'actrice a un peu pris peur. "Elle a eu un petit vertige quand elle s'est retrouvée coincée entre les deux mecs, l'un qui la tétait et l'autre la titillant par derrière", se souvient, en riant Bertrand Blier.