Benoît Poelvoorde : "Je suis plus apaisé, j'ai l'impression"

  • A
  • A
Voir la vidéo sur Dailymotion
Partagez sur :

Ce n'est pas flagrant, en interview, où l'acteur se montre survolté. Mais la cinquantaine passée, Benoît Poelvoorde s'est dit plus apaisé dans la vie, sans pour autant se déclarer légitime dans son métier.

INTERVIEW

Benoît Poelvoorde est Pierre, quincaillier célibataire, grognon, qui voit débouler un migrant dans sa vie dans le film 7 jours pas plus, en salles le 30 août. L'acteur était l'invité de l'émission Un dimanche de cinéma.

Bougon. C'est par habitude de rien que ce Pierre a du mal avec tout, avec cet homme qui déboule inopinément dans sa vie. Il veut bien qu'il reste mais pas plus de 7 jours. Il a aussi du mal avec une Jeanne (Alexandra Lamy) qui pourrait être sa compagne mais qu'il tient à distance. "Quand vous vivez longtemps tout seul, c'est plus facile de vivre seul que de commencer autre chose", décrypte l'acteur. En voyant le migrant se faire débarquer, Pierre ne veut pas lui accorder ne serait-ce qu'une semaine : "en même temps, il ne peut pas abandonner quelqu'un, tout seul, qui est au bord des larmes." Grognon, mais avec un grand cœur, le personnage de Pierre boude mais n'abandonne pas. "C'est très Français, même si on râle, on va quand même aider", souligne l'acteur belge.

"Ça fout toujours un peu la trouille les interviews". Ce rôle signe le retour du comédien sur les écrans. Benoît Poelvoorde avoue même avoir eu un peu peur avant de se lancer dans l'exercice de l'interview. "Tu perds l'habitude, ça fout toujours un peu la trouille les interviews. Tu ne sais pas ce que tu dis", glisse-t-il, agité. "Mais vous allez devoir me supporter encore quelques moments. J'ai encore beaucoup de projets", dit-il, même s'il désamorce l'idée d'un Podium 2. A 52 ans, "je suis plus apaisé, j'ai l'impression", clame-t-il, sans vraiment en connaître la raison. La légitimité trouvée ? "Toujours pas", répond-il après 25 ans de carrière. En 1992, il avait tourné le désormais culte C'est arrivé près de chez vous. Aujourd'hui, niveau politiquement correct, "je crois qu'on fait bien pire mais que ça ne passerait plus."

Découvrez un extrait du film 7 jours pas plus :