Cinq choses à retenir de France-Belgique, les Bleus en finale de la Coupe du monde !

  • A
  • A
Cinq choses à retenir de France-Belgique, les Bleus en finale de la Coupe du monde !
Lors de la dernière finale de Coupe du monde de l'équipe de France, en 2006, Kylian Mbappé était en CE2.@ CHRISTOPHE SIMON / AFP
Partagez sur :

L'équipe de France s'est qualifiée mardi pour la finale de la Coupe du monde ! À Saint-Pétersbourg, les Bleus ont su se montrer solidaires pour éliminer la Belgique (1-0).

LE RÉSUMÉ DU MATCH

La France est en finale de la Coupe du monde ! Dans un match haletant, les Bleus ont fait preuve d'une solidité défensive à toute épreuve pour s'imposer contre la Belgique (1-0), mardi à Saint-Pétersbourg. Libérés par un but de Samuel Umtiti après la pause, les hommes de Didier Deschamps ont su contenir la fougue belge en seconde période. Le rêve n'a jamais été aussi proche de se réaliser. Il le sera encore un peu plus, dimanche à Moscou, à partir de 17 heures. Reste à connaître l'adversaire : l'Angleterre ou la Croatie. En attendant, la France peut exulter.

Après Varane, "Big Sam" ! En quarts de finale contre l'Uruguay, Raphaël Varane avait parfaitement surgi sur un coup franc d'Antoine Griezmann pour lancer les Bleus dans leur quart de finale. Mardi, le scénario s'est répété, à trois différences près…

La première ? C'est sur corner que "Grizou" s'est une nouvelle fois montré décisif. La deuxième, elle, tient à l'identité du buteur : le défenseur s'appelait cette fois Samuel Umtiti. L'ancien Lyonnais, aujourd'hui au Barça, a devancé le grand Marouane Fellaini (1,90 m) pour couper la trajectoire et inscrire le seul et unique but de l'équipe de France dans cette rencontre (51e). La dernière n'est pas des moindres. Car ce but a ouvert la voie... à la finale de la Coupe du monde !


La nouvelle parade décisive de Lloris. Mais cette demi-finale contre le voisin belge s'est révélée bien plus compliquée que le quart de finale face à la Celeste. La faute notamment à un gros début de match des Diables rouges, emmenés par un Eden Hazard en très grande forme. Le milieu offensif de Chelsea a d'ailleurs été le premier à se mettre en évidence, mais sa frappe est passée de peu à côté du poteau gauche d'Hugo Lloris (13e).

Le portier français avait réalisé l'un des plus beaux arrêts de la Coupe du monde, si ce n'est le plus beau, lors du match précédent ? Sur la pelouse de Saint-Pétersbourg, il a récidivé. Sur un corner, Toby Alderweireld voyait sans doute déjà sa (jolie) frappe en pivot faire trembler les filets. C'était sans compter sur le capitaine de l'équipe de France, pourtant légèrement masqué, qui s'est alors détendu de tout son long sur sa droite pour repousser le ballon du bout des gants (22e). Impérial. Et surtout essentiel.


Mbappé, Griezmann, Varane ces grands bonhommes. Cela aurait pu tout aussi bien pu être LE geste de ce France-Belgique. Un double contact-talonnade exceptionnel pour lancer Olivier Giroud dans la surface (55e). Mais l'offrande de Kylian Mbappé n'a pas eu le destin mérité à cause du tacle de Mousa Dembélé (55e), véritable surprise de Roberto Martinez dans le onze belge. Mbappé ne s'est pas arrêté là. De la première à la dernière minute, il a été partout, remportant neuf duels, quand son homologue belge Kevin De Bruyne n'en a gagné qu'un, par exemple. De quoi être soulagé après la frayeur de lundi liée à son absence à l'entraînement.


À 19 ans, la pépite du PSG n'est pas encore le patron de l'attaque tricolore. Car la place est déjà prise par Antoine Griezmann. À l'image de son Mondial, le numéro 7 des Bleus a d'abord été discret sur la pelouse de Saint-Pétersbourg. Avant de monter en puissance. Et de se montrer décisif, donc, sur le but de Samuel Umtiti. Les faits sont là : le joueur de l'Atlético de Madrid est impliqué sur 13 des 20 derniers buts (9 buts, 4 assists) marqués par des joueurs français en tournoi majeur.

Le patron de la défense est lui tout désigné. Raphaël Varane s'est montré particulièrement précieux derrière, quand les Diables rouges tentaient de porter le danger dans la surface des Bleus. Combien de têtes, combien de ballons contrés, dégagés, combien de relances sereines a-t-il effectué ? Difficile de tout compter…

Un match très disputé. Longtemps, les deux équipes se sont en tout cas tenues en respect. Thibaut Courtois, lui aussi excellent durant ce tournoi, a également eu du travail. Notamment en première période, sur une incursion de Benjamin Pavard, parfaitement servi par Kylian Mbappé sur la droite de la surface. Le portier belge a alors sorti une énorme parade du pied droit pour détourner la frappe du jeune joueur de Stuttgart (39e). Entre la fameuse parade de Lloris et la mi-temps, les Bleus ont même frappé neuf fois au but (les Belges, zéro). Pas toujours avec précision…

Mais les Diables rouges ont évidemment poussé pour revenir en seconde période. Ils se sont heurtés à la solidarité défensive des hommes de Didier Deschamps, qui n'ont laissé que quelques occasions à leurs voisins. Marouane Fellaini a vu sa tête passer juste à côté du poteau gauche de Lloris (65e), quand la frappe surpuissante d'Axel Witsel a été détournée par l'ange gardien français (81e).

Les Bleus auraient aussi pu regretter leurs dernières occasions durant les six loooooongues minutes de temps additionnel, Antoine Griezmann (90e+3) et Corentin Tolisso voyant leurs frappes repoussées par Thibaut Courtois. Il n'en a rien été ! La France est en finale de la Coupe du monde !

Une troisième finale en 20 ans. Dimanche à Moscou (17 heures), face à l'Angleterre ou à la Croatie, les Bleus vont disputer leur troisième finale de Coupe du Monde sur les six dernières éditions (1998, 2006 & 2018), soit le meilleur total pour une nation sur cette période. Didier Deschamps est par ailleurs le premier sélectionneur français à atteindre deux fois la finale d'un tournoi majeur, deux ans après celle de l'Euro. Le match sera forcément particulier pour lui, qui avait déjà soulevé le trophée il y a vingt ans. Et qui n'a jamais été aussi proche de revivre son rêve.