Kylian Mbappé, aussi fascinant par ses gestes qu'agaçant pour ses adversaires

  • A
  • A
Partagez sur :

Le jeune attaquant des Bleus impressionne le monde entier par ses qualités balle au pied, pendant cette Coupe du monde. Mais il irrite aussi, notamment ses adversaires.

Si l'équipe de France s'apprête à disputer la finale de la Coupe du monde, dimanche, face à la Croatie, elle le doit en partie à Kylian Mbappé. Certes, l'attaquant du PSG, auteur d'un doublé contre l'Argentine en huitièmes (4-3), n'a pas marqué en quarts de finale, face à l'Uruguay (2-0), ni contre la Belgique, en demies (1-0), mais il a néanmoins fait peser une menace constante sur les défenses, par sa vitesse, son sens du placement et sa technique en mouvement. Il a aussi, lors de ses deux matches, agacé certains de ses adversaires par sa propension à se jeter au sol ou à gagner du temps…

"Un truc de fou". "ll est en train de faire un truc de fou, mais il reste le même", a résumé jeudi son coéquipier Samuel Umtiti, interrogé sur le Mondial de son jeune coéquipier. "C'est quelqu'un de très mature. On a rarement vu ça, on peut parler de tout avec lui. Il ne fait pas son âge, il a la tête sur les épaules. Il sait où il veut aller et comment. C'est ce qui m'impressionne, son calme, sa sérénité." Nous, ce qui nous impressionne, ce sont certains de ses gestes.

Il y avait eu le déboulé qui avait amené le penalty d'Antoine Griezmann face à l'Argentine, en huitièmes, où il a été flashé à 32,4 km/h (le chiffre initial de 37 km/h a été revu à la baisse par la Fifa). Et en demi-finales, il y a eu cette roulette avec passe dans le dos d'Olivier Giroud qui a fait le tour du monde à défaut de faire trembler les filets.



"C'est l'instinct !", avait confié le n°10 des Bleus après la rencontre. "J'avais vu juste avant qu'il était libre de tout marquage. J'ai voulu le servir le plus rapidement possible pour qu'il soit dans les meilleures conditions. Il n'a pas marqué. Dommage." Ce geste a été salué par Paul Pogba, jeudi, devant les journalistes. "Le geste, je vais mettre 10/10 ou 20/20. Tant que tu fais un geste et que tu es efficace, ce sera bon. Kyky, il a sa technique, il ne m'impressionne pas, je le vois tous les jours à l'entraînement, il est jeune, il va grandir. Il va louper des matches, donc ça ne sert à rien de le critiquer. Ne soyez pas (les journalistes) trop durs avec lui, même si je sais que vous le serez…"

Dur avec Mbappé, certains l'ont été depuis le début du Mondial. Jusqu'à son sélectionneur, qui l'a gentiment recadré après le quart de finale face à l'Uruguay. Le joueur du PSG avait été à l'origine d'une échauffourée après s'être écroulé au sol suite à un très léger contact avec Cristian Rodriguez. Quelques secondes auparavant, il avait signé une talonnade assez inutile. Son comportement lui avait valu les remontrances de Didier Deschamps. "Je ne suis pas son papa, Kylian en a déjà un et il fait très bien son rôle", avait insisté "DD" dans Téléfoot. Je suis son coach et je veux son bien. Il mérite toute l'admiration pour ce qu'il fait mais quand il y a quelque chose qui me plait pas... De toute façon c'est pour son bien et il le sait. J'avais surtout pas envie de le perdre sur ce coup-là par rapport aux matches qui nous attendaient."

Face à la Belgique, Mbappé a cette fois grossièrement essayé de gagner du temps en fin de match, récoltant un carton jaune, avant d'irriter Jan Vertonghen ensuite. Ces gestes parfois superflus, il en a réalisé aussi quelques-uns cette saison avec le PSG, où l'on a senti l'influence de Neymar, habitué aux gris-gris en tous genres.

Ce n'était vraiment pas fair-play et ce n'est pas un exemple pour les jeunes

"C'est un joueur fabuleux qui nous a fait très mal, mais son attitude en fin de match était limite. Ce n'était vraiment pas fair-play et ce n'est pas un exemple pour les jeunes", a regretté le défenseur belge Toby Alderweireld dans les colonnes du Het Laatste Nieuws, dans des propos repris par Sports.fr. Les critiques ne sont pas seulement venues des adversaires, mais également des réseaux sociaux, où l'on n'a pas été tendre avec le jeune joueur français.



"Si c'est un Uruguayen qui fait ça, on dit quoi ?" Il y a un but d'avance, on joue le temps supplémentaire, si c'est un Argentin ou un Uruguayen qui fait ça, on dit quoi ? Que c'est de l'expérience, mais puisque c'est lui, ce serait de l'arrogance ?", fait mine de s'interroger notre consultant Raymond Domenech. "Contre l'Uruguay (où il a exagéré une chute après un contact, ndlr), là, je suis d'accord, ce n'est pas son jeu. Ça, c'est du Neymar. Mais contre la Belgique… L'objectif reste de gagner des matches. Si on avait fait la même chose en 1993 (face à la Bulgarie, les Bleus avaient été privés de Coupe du monde après un but d'Emil Kostadinov dans le temps supplémentaire, ndlr)…

La réponse de Mbappé aux critiques des joueurs belges a été cinglante. "Ils peuvent penser ce qu'ils veulent, si je les ai offensés, je m'en excuse. Mais moi je suis en finale, voilà c'est tout." Alors, arrogant Mbappé ?

"Même s'il dit que c'est le meilleur, et il ne l'a pas dit, et qu'il le prouve sur le terrain, je ne vois pas ce qu'il y a de mal", a réagi Pogba jeudi. "S'il dit qu'il veut gagner des trophées, ce n'est pas de la prétention, c'est ce qu'il veut faire. Il a le talent pour le faire. Il a le droit d'avoir des ambitions, c'est bien à son âge d'en avoir. Il va apprendre, il va gagner en expérience, il est déjà en avance pour son âge." Car c'est souvent un élément que l'on oublie avec Mbappé, qui a déjà tout gagné en France avec l'AS Monaco et le PSG. Il n'a que 19 ans et demi et à cet âge-là, on peut bien encore lui excuser quelques écarts de conduite si sa trajectoire le mène à devenir champion du monde, dimanche, face à la Croatie.