Yannick Noah : "Ce serait tellement beau de gagner la dernière" Coupe Davis

, modifié à
  • A
  • A
Yannick Noah et Jo-Wilfried Tsonga sont prêts à défier la Croatie en finale de la Coupe Davis, à partir de vendredi.
Yannick Noah et Jo-Wilfried Tsonga sont prêts à défier la Croatie en finale de la Coupe Davis, à partir de vendredi. © JEAN-PIERRE CLATOT / AFP
Partagez sur :
Le capitaine de l'équipe de France s'est confié avant la dernière finale de la Coupe Davis dans son format actuel. Une finale que les Bleus ont la chance de disputer à domicile, à Lille. 
INTERVIEW

Avant la dernière finale de la Coupe Davis dans son format actuel, à partir de vendredi, entre la France et la Croatie, Yannick Noah est nostalgique. "Moi, en tant que joueur, j'ai toujours entendu parler de la Coupe Davis, très importante en France", a confié le capitaine des Bleus au micro d'Europe 1. "Qu'on puisse jouer la dernière finale chez nous, c'est déjà fantastique, et ça serait tellement beau de la gagner."

"Si on gagne, ce sera une surprise". Mais la tâche s'annonce bien plus compliquée que l'année dernière, quand la France avait dominé la Belgique, déjà au stade Pierre-Mauroy de Lille. "Dans cette rencontre, on n'a rien à perdre", confirme le dernier vainqueur français de Roland-Garros en 1983. "On joue contre deux joueurs qui sont 7ème (Marin Cilic) et 12ème (Borna Coric) mondiaux. Quelque part, si on gagne, ce sera presque une surprise. On va jouer notre jeu. On a mis tous les atouts de notre côté (notamment en s'entraînant depuis trois semaines sur terre battue, la surface choisie pour cette finale, ndlr), maintenant, place à la folie, place au jeu", invoque-t-il.

"Jo revient de blessure, il s'est préparé, il est très motivé". Pour se défaire de la paire croate, Yannick Noah va s'appuyer sur Jérémy Chardy et Jo-Wilfried Tsonga en simples. Et la 256ème place mondiale du Manceau n'inquiète pas le capitaine. "Jo n'a quasiment pas joué cette année, il revient de blessure. Mais il s'est préparé, et il est mentalement vraiment au top, avec une envie qui n'est pas forcément celle qu'il avait les années précédentes. Beaucoup de choses ont changé dans sa vie, il est très motivé. C'est très agréable de le voir progresser chaque jour. Et là, il est prêt." 

Europe 1
Par Benoist Pasteau avec Corinne Boulloud