Tour de France : les cétones, un sujet qui méritera d'être surveillé, estime l'UCI

, modifié à
  • A
  • A
L'équipe Jumbo-Visma, qui a remporté le contre-la-montre par équipes, a reconnu utiliser des cétones.
L'équipe Jumbo-Visma, qui a remporté le contre-la-montre par équipes, a reconnu utiliser des cétones. © Anne-Christine POUJOULAT / AFP
Partagez sur :
Au coeur des discussions sur le Tour de France, les cétones vont faire l'objet d'une étude approfondie de la part de l'Union cycliste inetrnationale (UCI).

Les cétones, ces compléments alimentaires qui sont sujets à controverse dans le Tour de France, sont "un sujet qui méritera d'être un peu plus monitoré (surveillé, ndlr) dans le détail", a estimé jeudi le président de l'Union cycliste internationale (UCI), le Français David Lappartient. En visite sur le Tour de France, le président de l'UCI a souligné la nécessité de "prendre les sujets de manière posée et scientifique" pour un produit actuellement autorisé, aux effets prêtant à discussions. 

"À l'UCI, nous regardons tous les éléments qui peuvent modifier les performances et qui peuvent porter atteinte à la santé. Nous n'hésitons pas à prendre les devants, à saisir l'Agence mondiale antidopage (AMA) comme nous l'avons fait pour le tramadol, les corticoïdes", a déclaré David Lappartient. "Je n'hésiterai pas à relayer le sujet avec l'AMA qui est notre gouvernement en matière de lutte antidopage", a ajouté le président de l'UCI. "Je sais que l'AMA regarde tout ce qui peut améliorer les performances et rentrer dans les critères des produits interdits potentiels. Ce n'est pas le cas aujourd'hui (pour les cétones)." Sauf que le débat sur les cétones commence à dater…

"Cela fait environ cinq ans qu'on en entend parler", explique à l'AFP Simon Verdonck, médecin de l'équipe Cofidis (un article de Libération datant de 2017 faisait un point complet sur la question). "Depuis, beaucoup d'autres équipes se sont mises à en utiliser. Mais nous n'en utilisons pas encore." "Cela s'est démocratisé", souligne le médecin de l'équipe Arkéa-Samsic, Jean-Jacques Menuet. "Au début, cela coûtait plusieurs milliers d'euros le litre, aujourd'hui on en trouve sur internet pour 30 à 90 euros le flacon." 

"L'apport de cétones permet de retarder l'utilisation des glucides"

En plus de permettre une perte de poids si elles sont utilisées pendant l'entraînement, les cétones sont très intéressantes sur le court terme, assurent ces médecins d'équipes. "Quand vous faites des efforts à basse intensité, vous utilisez des lipides (graisses), et quand vous faites un gros effort, en roulant à bloc, votre corps utilise plutôt des glucides", développe pour l'AFP Simon Verdonck. "L'apport de cétones permet de retarder l'utilisation des glucides, de les épargner pour le final de l'étape."

Si l'on parle tant des cétones sur ce Tour, c'est parce que le manager de l'équipe Jumbo-Visma, victorieuse de quatre des onze premières étapes, a reconnu leur utilisation dans un article du quotidien néerlandais De Telegraaf. Le Maillot jaune, Julian Alaphilippe (Deceuninck-Quick Step), a lui aussi expliqué en consommer. 

Les effets de l'apport de cétones restent mystérieux sur le long terme. "Les études ne sont pas univoques", constate Simon Verdonck. "Cela peut être amené dans le futur à faire partie du cyclisme" mais "pendant que les autres équipes testent, nous, nous préférons regarder les études. Et on verra." D'autres équipes n'ont donc pas attendu.