Modernisation de Roland-Garros : "la priorité, c'était de trouver de l'espace"

, modifié à
  • A
  • A
Voir la vidéo sur Dailymotion
Partagez sur :
"On n'y arrivait plus, pour toutes les familles qui composent un tournoi de tennis", a expliqué Gilles Jourdan, directeur du projet de modernisation du tournoi, vendredi matin sur Europe 1.
INTERVIEW

Les spectateurs ne voyaient pas forcément le stade vieillir, les organisateurs si. Invités de la matinale spéciale d'Europe 1, radio officielle de Roland-Garros, les responsables du chantier de rénovation du tournoi, déjà entamé et qui doit s'achever en 2021, ont expliqué la nécessité de moderniser le complexe, vendredi au micro de Nikos Aliagas. 

"On n'y arrivait plus"

"On était un peu contraints, au fil des années", détaille Gilles Jourdan, directeur du projet de modernisation du tournoi. "La priorité, c'était l'espace : gagner de l'espace pour les joueurs, pour les spectateurs, pour la presse, pour tout le monde. On n'y arrivait plus, il fallait trouver de l'espace pour toutes les familles qui composent un tournoi de tennis."

Les travaux sont déjà bien entamés sur le court central, modifié à "90%", selon le directeur. "Les angles étaient ouverts, maintenant c'est fermé, comme un stade moderne." Les nouveaux sièges sont eux en bois français, du châtaigner des Vosges. Sous la terre battue, régulièrement changée, le sous-sol est en revanche resté le même depuis... 1928. 

"Un véritable monument" de la vie parisienne

"C'est un stade qui a une histoire, c'est un véritable monument qui s'est inscrit dans la vie parisienne, du point de vue immobilier et du point de vue de l'atmosphère qui s'y joue", appuie Jean-François Vilotte, directeur général de la Fédération française de Tennis (FFT). "C'est une opération qui n'est pas terminée, qui va se poursuivre."

Rénové, le nouveau complexe de la Porte d'Auteuil pourra-t-il accueillir d'autres événements que le tournoi du Grand Chelem ? "Le court Philippe-Chartier n'a pas vocation à devenir une salle de spectacle, par contre le stade Roland-Garros a l'ambition d'accueillir un festival chaque année", répond le patron de la FFT. "On va beaucoup travailler sur cette dimension culturelle. Après l'achèvement des travaux, on souhaite que le stade vive à l'année, sur le plan culturel, sur le plan artistique. On croit beaucoup dans la relation entre le sport et la culture, et l'architecture."