JO de Rio 2016 : le programme des Bleus

, modifié à
  • A
  • A
Earvin Ngapeth (1280x640) Pedro UGARTE/AFP
Earvin Ngapeth et les Bleus jouent leur avenir olympique, lundi soir, face au Brésil. © Pedro UGARTE/AFP
Partagez sur :

L'équipe de France de volley joue son avenir dans le tournoi olympique, lundi soir. Lavillenie et Bosse pourraient ramener des médailles en athlétisme.

LE PENSE-BÊTE DES BLEUS

Alors que les sports collectifs ne sont pas encore entrés dans leur phase à élimination directe, l'équipe de France de volley va elle déjà disputer un match couperet, lundi, à Rio, face au pays hôte. Cette journée de lundi ne manque pas de grands rendez-vous, avec plusieurs grandes chances de médaille côté tricolore : Aurélie Muller en eau libre, Renaud Lavillenie à la perche et Pierre-Ambroise Bosse sur le 800 m.

  • Les Bleus à suivre

La "team Yavbou" en danger. Vainqueur de la Ligue mondiale et de l'Euro l'an dernier, l'équipe de France de volley se retrouve dos au mur pour son dernier match du premier tour et va devoir cravacher pour voir les quarts de finale. Vainqueur du Mexique et du Canada, la France a perdu contre l'Italie et les États-Unis. Et la voilà à l'aube de la dernière journée au même niveau que le Canada et les États-Unis. Problème, si les Canadiens affrontent l'Italie, déjà qualifiée, et les États-Unis retrouvent le Mexique, déjà éliminé, les Bleus vont eux se frotter au Brésil, lui aussi en lice pour décrocher l'un des trois strapontins restants dans cette poule A. Brésil-France, voilà une affiche qui évoque beaucoup de choses.

Il y a trois ans, les Bleus l'avaient emporté (3-2). Ils avaient remis ça, l'an dernier, à Rio, lors de la phase de poules de la Ligue mondiale (3-1). Depuis, le Brésil a repris le dessus, avec deux victoires en Ligue mondiale, dont une en demi-finales de la phase finale. Cette sorte de cinquième set décisif, qui se profile lundi au Maracanazinho de Rio (22h35 au Brésil, 3h35 en France), devrait faire des étincelles…

Lavillenie pour un doublé. Sacré champion olympique en 2012 à Londres, Renaud Lavillenie va tenter de devenir le deuxième perchiste à conserver son titre olympique après l'Américain Bob Richards, vainqueur en 1952 et 1956. "Je ne viens pas à Rio pour défendre mon titre, mais pour en conquérir un autre", a insisté le Clermontois. Meilleur performeur de l'année avec 5,96 m, il sera le grand favori de la finale (1h35 en France). Mais le zéro pointé enregistré par le Français lors des derniers championnats d'Europe sont venus rappeler que la perche reste une discipline très aléatoire…

  • Et aussi…

Aurélie Muller, championne du monde de natation en eau libre en 2015, sera l'une des favorites du marathon disputé sur une distance de dix kilomètres dès 14 heures. Espérons que la houle brésilienne ne réveillera pas son mal de mer…

Lavillenie ne sera pas le seul athlète français à pouvoir espérer une médaille, lundi, en athlétisme. Auteur de son meilleur chrono de la saison, samedi, en demi-finales (1'43"85), le Français Pierre-Ambroise Bosse, dit "PAB", aura son mot à dire lors de la finale du 800 m, face au favori kényan David Rudisha. Qualifié dans le même temps que "PAB", l'Algérien Taoufik Makhloufi sera également un prétendant à la médaille d'or.

En cyclisme sur piste, Thomas Boudat a viré en tête à l'issue de la première journée de l'omnium et sera lui aussi candidat pour monter sur la boîte. Chez les femmes, on attend beaucoup de Laurie Berthon, qui débute son omnium. Ce sera en revanche bien plus compliqué pour Virginie Cueff, passée par les repêchages pour rejoindre les huitièmes de finale du tournoi de vitesse individuelle.

En boxe, Christian M'Billi-Assomo va tenter d'assurer la quatrième médaille de la boxe française à Rio. Engagé chez les moins de 75 kg, le licencié du club de l'USM Montargis dispute son quart de finale face au Cubain Arlen Lopez. Plus tard dans la soirée, Souleymane Cissokho va lui disputer sa demi-finale chez les moins de 69 kg.En voile, Jean-Baptiste Bernaz, quatrième du classement avant la course pour la médaille en laser, a un coup à jouer dans la baie de Guanabara.

  • Les grosses cotes

En gymnastique, aux anneaux, Danny Rodrigues devra jouer sa chance à fond lors de la finale à partir de 19 heures. Ce sera également le cas pour Marine Boyer à la poutre. Médaillée d'argent lors des derniers championnats d'Europe à cet agrès, la jeune Réunionnaise devra gérer la pression inhérente à une première participation aux Jeux olympiques. Enfin, en athlétisme, au lancer du marteau, Alexandra Tavernier, dernière qualifiée pour la finale, aura bien du mal à exister.

  • Ils vont chausser les pointes

En dehors de Lavillenie et Bosse, qui vont disputer leur finale, l'athlétisme tricolore va dégainer plusieurs de ses atouts maîtres, lundi, avec les entrées en lice de Yoann Kowal et Mahiedine Mekhissi sur 3000 m steeple et le trio de hurdleurs Pascal Martinot-Lagarde, Dimitri Bascou et Wilhem Belocian sur 110 m haies. Benjamin Compaoré et Harold Correa tenteront de se hisser en finale du triple saut. Au disque, Mélina Robert-Michon et Pauline Pousse auront comme objectif principal de se hisser dans le Top 12 pour accéder à la finale. Enfin, Phara Anarchasis disputera les séries du 400 m haies dans la nuit.

  • Ils entrent aussi en lice

Après les épreuves en eau vive, place aux épreuves en bassin pour le canoë-kayak. Adrien Bart sera en lice en canoë monoplace et Sarah Guyot en kayak monoplace. L'accession en demi-finales sera le premier objectif des deux athlètes tricolores. En boxe, Estelle Mossely disputera son premier combat chez les moins de 60 kg. On surveillera également les performances de Mathieu Rosset lors des qualifications du plongeon à 3 mètres. En natation synchronisée, Laura Augé et Margaux Chrétien, 8es après le programme libre, disputeront elles le programme technique.