Football : la LFP confirme la victoire d'Ajaccio contre Le Havre

, modifié à
  • A
  • A
Partagez sur :
Les joueurs d'Ajaccio joueront cependant mercredi leur match aller de barrage face à Toulouse à huis clos, sur le terrain de Montpellier. De son côté, Le Havre a fait appel de la décision. 

La Commission des compétitions de la Ligue de football professionnel (LFP) a entériné le résultat du match AC Ajaccio-Le Havre, émaillé d'incidents, mais a suspendu le terrain corse à titre conservatoire, a indiqué mardi la LFP.

"Rien ne permet de donner match perdu à l'AC Ajaccio". Conséquence, le match de barrage aller L2/L1 Ajaccio-Toulouse "se déroulera mercredi 23 mai à 20h45 à huis-clos au stade de la Mosson à Montpellier" sur décision de la Commission de discipline de la Ligue de football professionnel, a indiqué mardi la LFP.

Le Havre avait saisi la Ligue pour réclamer match gagné par pénalité, après une rencontre de play-off marquée notamment par des envahissements de terrain et qui a suscité une polémique monstre dans le football français.

"Rien ne permet de donner match perdu à l'AC Ajaccio", écrit la LFP, "d'un point de vue règlementaire" pour la Commission des compétitions.

Le Havre fait appel. Le Havre n'entend cependant pas abandonner. Le club du Havre "poursuit son combat et fait appel" de la décision de la LFP, a-t-il annoncé mardi. 

L'entraîneur d'Ajaccio et un joueur corse suspendus à titre conservatoire. La Commission de discipline de la LFP a aussi "étudié les incidents de la rencontre AC Ajaccio - Le Havre (envahissement de la pelouse, chants racistes, incidents en tribune)". Et "au vu de la gravité des faits", l'organe disciplinaire "a décidé de placer le dossier en instruction et de suspendre le stade François-Coty à titre conservatoire", poursuit la LFP.

Après "visionnage des images et lecture du rapport de l'arbitre, la Commission de discipline décide par ailleurs de suspendre à titre conservatoire" l'entraîneur d'Ajaccio Olivier Pantaloni et un de ses joueurs, Faiz Selemani, pour "coup porté au joueur" havrais Jean-Philippe Mateta.

Plusieurs plaintes déposées. Ce match de play-off (1-1 fin du temps réglementaire, 2-2 a.p., succès corse 5-3 t.a.b.), reporté de vendredi à dimanche après le caillassage du bus du Havre, a fait couler beaucoup d'encre, des échauffourées entre joueurs aux envahissements du terrain. Le club havrais a également porté plainte, dénonçant des insultes parfois racistes adressées à ses joueurs, et affirme que son président Vincent Volpe a été "agressé physiquement en tribune présidentielle".

La direction du club corse avait annoncé mardi déposer à son tour plainte à l'encontre de Vincent Volpe "pour dénonciation calomnieuse".

Face au "lynchage médiatique", le SC Bastia soutient Ajaccio

"Le Sporting Club Bastiais apporte tout son soutien à l'AC Ajaccio, ses dirigeants et ses joueurs suite au lynchage médiatique dont est victime le club depuis plus de 48 heures", écrit dans un communiqué le SCB, relégué administrativement en National 3 la saison dernière.

"Une fois de plus, pour ne pas dire une fois de trop, le football corse est traîné dans la boue. Et à travers lui, c'est la Corse entière qui est bafouée", poursuit le SCB, qui avait lui aussi été au cœur de plusieurs polémiques ces dernières saisons.

"Le football corse est victime depuis de trop nombreuses années d'une systématisation du traitement en information générale des incidents autour des matchs de football ayant lieu dans l'île", ajoute encore le SCB. "Stop à la justice à deux vitesses ! La Corse n'est pas le paillasson du football français!", estime Bastia.

Europe 1
Par Europe1.fr avec AFP