EDITO - "Le hand féminin est privé de télé, et c’est un scandale"

  • A
  • A
Partagez sur :
Après le retrait de BeIn Sports, il n’y a plus de diffuseur pour le championnat de France féminin de handball, alors même que les Bleues sont championnes d’Europe et du monde en titre. Un immense gâchis.
EDITO

"Je trouve ça choquant". Notre éditorialiste Virginie Phulpin ne décolère pas. Le championnat de France de handball féminin a rerpsi mercredi soir, mais aucune chaîne de télé ne diffusera le moindre match cette saison, alors que les Bleus règnent sur l’Europe et sur le monde. 

"Vous vous rendez compte ? Il n’y a plus de diffuseur. Alors que les handballeuses françaises sont championnes du monde et championnes d’Europe en titre. Le moins qu’on puisse dire c’est qu’elles font briller le sport français. Et cette saison, en plus, elles préparent les jeux olympiques de Tokyo. Elles vont être tranquilles pour les préparer ces JO. Pas une seule caméra à l’horizon pour les déranger.

BeIn Sport possédait les droits télé depuis plusieurs années, mais n’a pas souhaité poursuivre l’aventure, comme on dit. Alors je n’ai aucune envie de taper sur BeIn, c’est une chaîne privée qui diffuse ce qu’elle veut, ce qu’elle peut, pas de problème. Mais on aurait peut-être pu trouver une autre solution, non ? Enfin, il y en a une. Les clubs sont invités à chercher des partenaires locaux, des sites web, des chaînes locales, s’ils ont envie d’être suivis. Mais ils doivent payer la production d’images eux-mêmes. Alors oui je trouve ça choquant.

Le message sous-jacent, c’est que ce qu’elles font en sport, c’est moins important que ce que font les garçons

Toput cela alors qu’il faut, paraît-il, valoriser le sport féminin. Mais si vous ne faites pas la différence entre la parole et les actes, on ne va pas s’en sortir, hein. Il faut être là pour s’extasier et faire de la récupération quand il y a des titres, mais le reste du temps, autant rester silencieux. 

Non, mais plus sérieusement, la rentrée des classes arrive dans quelques jours. Et à l’école, les enfants jouent beaucoup au handball, c’est un des piliers des cours de sport. Et le week-end, après les cours, ils vont pouvoir regarder les hommes jouer au hand à la télé, le championnat masculin est toujours diffusé, lui, bien sûr. Mais les filles, elles, elles ne verront pas leurs aînées jouer. Ça veut dire quoi ? Le message sous-jacent, c’est que ce qu’elles font en sport, c’est quand même moins important que ce que font les garçons. 

Bien sûr, les filles pourront toujours voir l’équipe de France jouer à la télévision. Mais si on a envie de voir le sport féminin se développer on ne peut pas se contenter de l’équipe nationale. Là c’est le serpent qui se mord la queue. On ne diffuse pas parce qu’il n’y a pas assez d’intérêt du public. Mais il faudrait peut-être retourner le problème : s’il n’y a pas d’intérêt, c’est peut-être parce qu’on ne diffuse pas assez. Lançons un appel aux pouvoirs publics pour essayer de trouver une solution. C’est ça, aussi, la lutte contre le sexisme et les discriminations."

Europe 1
Par Virginie Phulpin