Un Euro à l'heure espagnole

, modifié à
  • A
  • A
Partagez sur :
A l'aube des Championnats d'Europe de basket-ball en Pologne, une équipe parmi les seize fait figure d'épouvantail, l'Espagne. Un statut on ne peut plus logique quand on s'attarde un instant sur la liste des joueurs qui compose la Roja. Les Russes, tenants du titre, les Croates ou les Turcs pourront-ils se mettre en travers du chemin ?

A l'aube des Championnats d'Europe de basket-ball en Pologne, une équipe parmi les seize fait figure d'épouvantail, l'Espagne. Un statut on ne peut plus logique quand on s'attarde un instant sur la liste des joueurs qui compose la Roja. Les Russes, tenants du titre, les Croates ou les Turcs pourront-ils se mettre en travers du chemin ?Qui va pouvoir stopper la terrible machine espagnole ? Voilà en substance la question que se pose tout le microcosme de la grosse balle orange à l'approche de l'Euro 2009 de basket-ball en Pologne. Le coup d'envoi de ce dernier sera donné lundi et, outre le titre continental, l'enjeu sera évidemment l'obtention possible de sept tickets pour les prochains Mondiaux en Turquie en 2010.Le grandissime favori de la compétition en impose déjà. Il s'agit de l'Espagne qui ne cesse de d'impressionner autant sur le papier que les parquets. Et la récente défaite en Lituanie (94-72), jeudi soir à Vilnius, n'a pas entamé le crédit que tous les observateurs peuvent accorder aux troupes dirigées par Sergio Scariolo. "Ce serait faux de dire que nous ne sommes pas favoris" a confié José Manuel Calderon à Marca.Effrayant sur le papierLe meneur de jeu des Toronto Raptors, grand absent de la sélection ibérique à cause d'une opération du doigt, estime que cet ultime accroc lors d'une préparation jusque là parfaite ne représente rien de très inquiétant : "Nous n'avons pas perdu ce statut après la déroute en Lituanie." Et comment le contredire. Ce revers représente la première défaite de la Furia en match de préparation depuis quatre ans. Pas de quoi paniquer donc...A Vilnius, les Espagnols étaient privés de leur joueur star, champion NBA 2009 avec les Lakers, Pau Gasol. Son retour, notamment aux côtés de son frère cadet Marc, donnera une allure terrifiante au secteur intérieur des champions du Monde 2006. Rajoutez à cela des extérieurs du calibre de Rudy Fernandez, Juan Carlos Navarro ou Ricky Rubio et vous obtenez tout simplement la plus belle cylindrée du Vieux Continent.Après huit médailles européennes (6 d'argent et deux de bronze), l'Espagne veut laver l'affront de la finale perdue à Madrid en 2007 face aux Russes sur un shoot de J.R. Holden à deux secondes de la fin (59-60). Malgré des Croates toujours dangereux, des Turcs en préparant leur Mondial en 2010 ou des Russes devant défendre leur couronne, les Espagnols ont toutes les cartes en main pour remporter le premier Euro de leur histoire.

Europe 1
Par Rédaction Europe1.fr