Les Etats-Unis n'ont pas peur de l'Espagne

, modifié à
  • A
  • A
Partagez sur :
Grâce à une victoire convaincante face à l'Égypte lors du dernier match du groupe B (3-0), les Etats-Unis se sont qualifiés pour la demi-finale de la Coupe des Confédérations. Les hommes de Bob Bradley vont avoir fort à faire en affrontant, mercredi, l'Espagne championne d'Europe. Mais qu'importe, l'histoire est déjà belle...

Grâce à une victoire convaincante face à l'Égypte lors du dernier match du groupe B (3-0), les Etats-Unis se sont qualifiés pour la demi-finale de la Coupe des Confédérations. Les hommes de Bob Bradley vont avoir fort à faire en affrontant, mercredi, l'Espagne championne d'Europe. Mais qu'importe, l'histoire est déjà belle...Les Etats-Unis sont dans les starting-blocks. Peu pris au sérieux depuis l'entame de la compétition, les Américains sont tout de même parvenus à se hisser dans le dernier carré de la Coupe des Confédérations. A cette occasion, les hommes de Bob Bradley rencontreront, mercredi au Free State Stadium de Bloemfontein, la brillante équipe d'Espagne qui semble tout dévaster sur son passage. Un défi de taille pour une nation qui ne demande qu'à prouver sa valeur dans un sport encore méprisé outre-Atlantique.Et la tâche qui attend les partenaires de Landon Donovan sera forcément délicate. Quand on rencontre la formation championne d'Europe en titre et qui vient d'établir une série de 15 victoires de rang et de 35 matches sans défaite, il faut être prêt à subir la tornade. Surtout quand des joueurs comme Fernando Torres, David Villa, Cesc Fabregas ou David Silva se trouvent dans le camp d'en face. Mais quelle meilleure occasion de briller qu'une demi-finale face à la nation qui domine actuellement le football mondial ?S'appuyer sur le match contre l'ÉgypteLes Aigles américains en sont conscients et nourrissent le secret espoir de frapper un grand coup. A leur décharge, la prestation très aboutie qu'ils ont présenté devant les Égyptiens plaident en leur faveur (3-0). Ces mêmes Pharaons qui avaient posé beaucoup de problèmes au Brésil lors de leur entrée en lice en s'inclinant sur le fil (3-4). De quoi envisager l'avenir sereinement pour l'équipe à la bannière étoilée.Dans le sillage de leurs forces vives telles le jeune attaquant Jozy Altidore, le rugueux défenseur Oguchi Onyewu ou le fils du boss, Michael Bradley, les "Yankees" n'ont plus rien à perdre et ne vont sans doute pas faire de complexe. Si, sur le plan footballistique, la Furia s'avère être plusieurs crans au-dessus, en matière de football, il n'y a pas de place pour les certitudes. Le rêve américain existe-t-il encore ?

Europe 1
Par Rédaction Europe1.fr