Le champion a de la ressource

, modifié à
  • A
  • A
Partagez sur :
Les Celtics de Boston n'ont pas encore abdiqué ! Les champions en titre tiennent à leur trône et ont réussi à égaliser à 2-2 en demi-finale de Conférence Est en l'emportant, dimanche, sur le parquet d'Orlando (95-94). Même constat pour les Rockets qui, sans Yao Ming, ont battu les Lakers (99-87).

Les Celtics de Boston n'ont pas encore abdiqué ! Les champions en titre tiennent à leur trône et ont réussi à égaliser à 2-2 en demi-finale de Conférence Est en l'emportant, dimanche, sur le parquet d'Orlando (95-94). Même constat pour les Rockets qui, sans Yao Ming, ont battu les Lakers (99-87).Orlando-Boston: 94-95Les Celtics l'ont démontré au premier tour face aux Bulls lors d'une série devenue historique: Boston n'abandonnera pas sa couronne sans lutter jusqu'au bout. Les champions en titre l'ont une fois encore démontré ce dimanche en égalisant à 2-2 face au Magic après un succès arraché sur le fil à Orlando 94-95. Et cette fois, le héros du jour s'appelle Glen Davis, non seulement pour ses 21 points, mais surtout pour son panier de la victoire inscrit au buzzer. Un héros improbable puisque le massif intérieur des Celtics a enquillé ce tir victorieux des sept mètres, alors que les habituels préposés aux exécutions, Paul Pierce et Ray Allen, étaient serrés de près par la défense floridienne."Le seul coupable sur la dernière action, c'est moi.» expliqua d'ailleurs Stan Van Gundy, l'entraîneur du Magic, les joueurs ont fait ce que je leur ai demandé, c'est-à-dire empêcher le ballon d'arriver dans les mains de Paul ou de Ray. Mais Glen Davis a pris ses responsabilités et nous a crucifiés." Une crucifixion d'autant plus douloureuse que les Floridiens avaient bien cru, quelques secondes auparavant, tenir la victoire après les deux lancers réussis par Rashard Lewis. Longtemps dans les cordes au cours de la dernière période, Orlando s'en était en effet remis à l'adresse de l'ancien Sonic ainsi qu'à la domination de Dwight Howard près du cercle pour faire fi des neuf longueurs de retard, revenir au contact de ses visiteurs puis prendre l'avantage.Las, les 23 points et 17 rebonds de Howard et les 22 points de Lewis, sont finalement restés vains. Tout comme les 11 points à 3 sur 8 aux tirs signés par Mickael Pietrus en 27 minutes. La faute à Glen Davis, donc, mais aussi à Paul Pierce et Rajon Rondo. Les deux leaders de la franchise du Massachussetts ont en effet été à leur avantage, Pierce en rendant 27 points à 9 sur 15 malgré un problème de fautes et Rondo en compilant 21 points et 14 passes. Grâce à eux, Boston a donc récupéré l'avantage du terrain avant de retrouver son antre, mardi, pour un cinquième match évidemment capital.Celtics et Magic sont à égalité 2-2. Prochain match, mardi, à Boston.Houston-LA Lakers: 99-87Un seul être vous manque et tout dépeuplé écrivait Lamartine. Force est de croire que la maxime du poète français n'a pas cours à Houston. Déjà privés, depuis mi-février, de leur leader d'attaque Tracy McGrady, les Texans ont beau désormais devoir composer sans leur géant chinois Yao Ming, les hommes de Rick Adelman n'en ont pas moins signé un succès des plus éclatants sur les Lakers à l'occasion de la quatrième manque de leur de leur demi-finale de conférence. Une victoire d'autant plus précieuse qu'elle les autorise à croire à l'impossible exploit puisque les Rockets sont ainsi revenus à 2-2 avant de retourner à Los Angeles, mardi, pour le match 5.Et à voir l'efficacité, dimanche, de sa défense et de son jeu de courses en attaque, tous les espoirs sont permis. Un quart-temps à d'ailleurs suffi aux troupes de Rick Adelman pour rassurer les fans du Toyota Center. Mis en confiance par la réussite initiale de Shane Battier à longue distance, l'ailier texan finissant avec 23 points à 5 sur 10 derrière l'arc, les Rockets on en effet démarré la encontre pied au plancher. Profitant donc de leur réussite à longue distance mais surtout de la maladresse des Californiens, les Texans ont ainsi débuté sur un 7-0 pour s'échapper 22-7 en à peine plus de cinq minutes.De quoi prendre, déjà, une option sur la victoire. Une option devenue quasi définitive dès la mi-temps puisque Houston enfonçait le clou avant le passage aux vestiaires pour mener de 18 longueurs à la pause. Et la rencontre tournait même à la démonstration dans le troisième acte, l'écart enflant pour attendre les 29 points à l'issue du troisième acte! La faute notamment à un Aaron Brooks inarrêtable. Le jeune meneur texan, devenu titulaire cette année après le départ pour Orlando de Rafer Alston, a en effet été si bien inspiré qu'il en a battu son record de points en carrière avec 34 unités à 12 sur 20 aux tirs dont 4 sur 9 à trois points. Pas de quoi pour autant fanfaronner puisque le héros de la soirée se contentait de féliciter ses partenaires à l'issue de la rencontre "Je suis vraiment heureux de cette victoire et je sais ma chance d'avoir de tels partenaires, souffla-t-il, ce sont eux qui m'ont rendu ce match si facile."Tellement facile pour les Rockets qu'ils pouvaient bien, dans le dernier quart, se contenter de jouer la montre pour entretenir leur avance. Malgré une dernière ligne droite à sens unique, les Lakers ne parvenaient en effet, pour finir, qu'à sauver les apparences avec une défaite 99-87. Phil Jackson avait beau avoir prévenu ses troupes du danger de prendre leurs hôtes trop à la légère du fait de l'absence de leur meilleur joueur, ses mises en garde étaient bien restées vaines. "Ils n'ont pas anticipé l'énergie décuplée avec laquelle les Rockets ont joué, regrettait-il après coup, c'était pourtant prévisible mais nous n'avons jamais réussi à se mettre à leur niveau."Kobe Bryant e premier lieu. Car si Pau Gasol a fait le travail avec ses 30 points et 9 rebonds, la star californienne est bien passée au travers en devant se contenter de 15 points à 7 sur 17 aux tirs. Nul doute que le MVP 2008 affichera un tout autre visage ce mardi pour le match 5...Lakers et Rockets sont à égalité 2-2. Prochain match, mardi, à Los Angeles.

Europe 1
Par Rédaction Europe1.fr