Le bon numéro de Turiaf

, modifié à
  • A
  • A
Partagez sur :
Dimanche, lors de la finale retour des repêchages de l'Euro 2009, Ronny Turiaf a été, une fois de plus, l'un des joueurs les plus en vue de l'équipe tricolore. Avec 19 points inscrits et 9 rebonds, il a été le grand artisan d'une rencontre sans suspense facilement remportée par les Bleus (92-54).

Dimanche, lors de la finale retour des repêchages de l'Euro 2009, Ronny Turiaf a été, une fois de plus, l'un des joueurs les plus en vue de l'équipe tricolore. Avec 19 points inscrits et 9 rebonds, il a été le grand artisan d'une rencontre sans suspense facilement remportée par les Bleus (92-54).Ronny Turiaf ne serait pas d'accord. Mais s'il n'y avait qu'une image à retenir de son match contre la Belgique, dimanche à Pau, ce serait le dunk qu'il a écrasé sur la face d'Axel Hervelle dans le troisième quart-temps d'une finale retour des repêchages qu'il a survolée. Toute sa prestation, qui a mis l'équipe de France sur les rails d'une victoire haut la main (92-54), a été résumée dans cette action (60-32, 27e). De sa prise de balle à sa prise d'appuis, vitesse et détermination. De son envol à son atterrissage, énergie et sens du spectacle. Le cocktail qui avait manqué aux Bleus lors du match aller, quatre jours plus tôt à Anvers (66-70). Le Palais des Sports a apprécié. Invité à adresser quelques mots au public, Tony Parker aussi. "Franchement Ronny, c'est le meilleur match que je t'ai vu jouer. Moi je dis: MVP !" Avec 19 points et 9 rebonds au compteur, le pivot tricolore a rendu sa meilleure copie sous le maillot bleu. Turiaf: "Les gens m'ont transcendé""Pour moi, le joueur qui a changé le cours du match, c'est Antoine Diot, insiste Ronny Turiaf. Je n'aurais pas eu ce succès sans lui." A l'écouter, son rendement est secondaire. Mais c'est bien son engagement, dès le premier quart-temps, qui a aidé les Bleus à entrer dans cette rencontre. Ensuite: "J'ai été fatigué, mais le public nous a beaucoup aidés. Les gens m'ont transcendé."De bon augure avant l'Euro 2009, qui débutera dès le 7 septembre en Pologne. Là-bas, les joueurs de Vincent Collet se frotteront à la Russie, privée de Kirilenko et peut-être de Khryapa, l'Allemagne, qui fera sans Nowitzki, et la Lettonie. Depuis le départ de Joakim Noah en cours de préparation, le secteur intérieur n'était pas le point fort de l'équipe de France. Désormais, elle a Ronny Turiaf. Qu'elle en profite.

Europe 1
Par Rédaction Europe1.fr