Victimes de terrorisme : la création d'un musée-mémorial "est une bonne chose"

  • A
  • A
Emmanuel Macron, LUDOVIC MARIN / AFP / POOL 1280 3:23
© LUDOVIC MARIN / AFP / POOL
Partagez sur :
Emmanuel Macron a annoncé la création d'un musée-mémorial pour les victimes du terrorisme. "C'est un lieu où on peut assurer la transmission aux générations futures", se réjouit le président de l'association "13Onze15 Fraternité et vérité" sur Europe 1.
INTERVIEW

Emmanuel Macron a annoncé mercredi, lors de la cérémonie annuelle d'hommage aux victimes du terrorisme, la mise en chantier d'un musée-mémorial ainsi qu'une amélioration de la prise en charge des victimes. "C'est une bonne chose qu'un lieu soit dédié à la mémoire afin que ne soient pas oubliées toutes les victimes de tous les attentats qui ont pu être commis", a estimé Philippe Duperron, président de l’association "13Onze15 Fraternité et vérité" des victimes du 13 novembre, au micro de Matthieu Belliard sur Europe 1.

"Un lieu de recueillement pour les victimes." La création de ce musée-mémorial "fait partie des propositions du comité mémorial qui ont été remises à Nicole Belloubet (ministre de la Justice) il y a une dizaine de jours". "Un musée-mémorial sur le terrorisme, c'est un lieu de mémoire, c'est un lieu de recueillement pour les victimes, les familles des victimes. Mais c'est aussi un lieu où on peut assurer la transmission aux générations futures.

Emmanuel Macron a également annoncé une amélioration de la prise en charge des victimes du terrorisme. Sur ce point, Philippe Duperron, qui était présent à la cérémonie, précise qu'il s'agit "d'une meilleure prise en charge des victimes du terrorisme à l'étranger".

 

>> De 17h à 20h, c’est le grand journal du soir avec Matthieu Belliard sur Europe 1. Retrouvez le replay ici

"Des progrès à faire" dans la prise en charge des victimes à l'étranger. "Cette différence de traitement qui apparaît entre les victimes d'attentats à l'étranger et les victimes en France", pose des difficultés, assure-t-il. "Il y a toujours beaucoup de progrès à faire en ce qui concerne la prise en charge des victimes en général mais particulièrement pour les victimes à l'étranger. 

Europe 1
Par Grégoire Duhourcau