Véran répond à Larcher : "Aucun résident d'Ehpad ne reçoit 58 pages" sur la vaccination

, modifié à
  • A
  • A
Olivier Véran était l'invité du "Grand rendez-vous" dimanche sur Europe 1. 2:10
Olivier Véran était l'invité du "Grand rendez-vous" dimanche sur Europe 1. © Capture d'écran/Europe 1
Partagez sur :
Le ministre de la Santé Olivier Véran a répondu au président LR du Sénat, Gérard Larcher, qui affirme avoir reçu un "dossier vaccinal de consentement" de 58 pages pour son père résidant en Ehpad, dimanche dans le "Grand rendez-vous" sur Europe 1. "Aucun résident d'Ehpad ne reçoit 58 pages", a-t-il affirmé. Le ministre a aussi dénoncé les déclarations d'Anne Hidalgo dans le "JDD".
INTERVIEW

Dimanche, dans le JDD, Gérard Larcher s'est défendu d'avoir menti à propos de la réception d'un "dossier vaccinal de consentement" de 58 pages pour son père qui réside dans un Ehpad. Comme a pu le constater le Journal du Dimanche, le président les Républicains du Sénat aurait bien reçu deux e-mails sur le sujet, dont une notice de 58 pages. "Aucun résident d’Ehpad de 85 ans en perte d’autonomie ne reçoit 58 pages de documents lui expliquant comment organiser la logistique de la vaccination avec quel matériel d’injection", a cependant réagi le ministre de la Santé Olivier Véran qui était invité du Grand rendez-vous dimanche sur Europe 1.

"C’est presque insultant vis-à-vis des Français"

"Il n’est pas destinataire et il le sait très bien", a poursuivi Olivier Véran à propos de Gérard Larcher. "Il continue ce matin dans le JDD... Je le vois mardi, je lui demanderai de m’expliquer, de me montrer cela, car il y a manifestement un dysfonctionnement à l’échelle de l’Ehpad si c’est le cas, mais je ne peux pas l’imaginer." "Soyons sérieux deux minutes, ne prenons pas les Français pour ce qu’ils ne sont pas. Ce n'est pas insultant vis-à-vis du ministre, c’est presque insultant vis-à-vis des Français", a estimé Olivier Véran.

Le ministre a assuré que les soignants avaient reçu deux documents : un de plusieurs dizaines de pages destinés à répondre aux questions des directions d'Ehpad et un second "d'une page et demie". "Dans ce type de truc administratif, c’est comme la notice pour votre machine à laver, vous avez toujours un document qui est extrêmement complet puis vous avez un tableau à la fin qui résume ce que vous devez savoir", a-t-il expliqué.

Olivier Véran règle ses comptes avec Anne Hidalgo

Au chapitre des polémiques, Olivier Véran a également réglé ses comptes avec la maire de Paris, Anne Hidalgo. "Avec de telles carences, le Débarquement de juin 1944 aurait échoué", a notamment déclaré la maire de Paris dans le JDD, estimant que "l'Etat n'est pas capable de faire le dernier kilomètre". "Quand on veut faire de la polémique, on peut en trouver toujours et certains sont devenus des professionnels pour cela. La maire de Paris nous a donné aussi un exemple ce matin dans le JDD", a rétorqué le ministre.

"Ce n'est pas sérieux. Est-ce que vous croyez honnêtement que la priorité en ce moment, alors que nous avons un pays qui est à l’arrêt depuis un an, que nous avons des morts tous les jours, que nous avons des soignants qui se battent avec leur blouse blanche, leur masque et leurs armes pour pouvoir soigner des vies, alors que tous les soignants sont mobilisés pour commencer à vacciner tout le monde, que les élus de terrain font le job avec nous ?" a dénoncé Olivier Véran au micro d'Europe 1.

"Vous ne me verrez jamais avoir ce type de comportement"

"Est-ce que vous trouvez que c’est à la hauteur de vue qu’on peut attendre d’un élu qui se prête des intentions nationales que de commencer à tirer à tout-va sur la politique du gouvernement pour essayer de faire parler de lui ?" a questionné le ministre de la Santé. Dans son entretien avec l'hebdomadaire, Anne Hidalgo réaffirme en effet qu'elle prendra "toute [s]a part" à l'élection présidentielle de 2022 sans aller jusqu'à confirmer sa candidature, objet de rumeurs grandissantes. "Je ne le crois pas et vous ne me verrez jamais, que je sois dans la majorité ou de l’opposition, avoir ce type de comportement, jamais", a lui-même répondu Olivier Véran. 

Europe 1
Par Jonathan Grelier