Un gendarme visé par une procédure pour avoir comparé les Guyanais à des animaux

  • A
  • A
Gérard Collomb a dénoncé "des propos inadmissibles et choquants"
Gérard Collomb a dénoncé "des propos inadmissibles et choquants" © GUILLAUME SOUVANT / POOL / AFP
Partagez sur :
Dans un communiqué, le ministre de l'Intérieur Gérard Collomb a dénoncé "des propos inadmissibles et choquants".

Un chef d'escadron de gendarmerie est visé par une procédure disciplinaire après avoir comparé la population guyanaise à des animaux dans un discours prononcé fin avril à l'issue d'une mission sur place, des propos qualifiés d'"inadmissibles" par le ministre de l'Intérieur dimanche. Lors d'un discours prononcé le 21 avril à Saint-Laurent-du-Maronie, le chef d'escadron se lance dans ce qu'il appelle une "allégorie" sur la population locale.

"Faune exceptionnelle". "Quelle faune exceptionnelle que tous ces singes hurleurs lançant autant de jurons que de parpaings pour marquer leur territoire, ces petits caïmans trempant jour et nuit dans l'alcool", affirme le gradé, selon son discours révélé par Le Monde et LCI. Il dit se réjouir "d'avoir pu aussi compter sur certains paresseux, très nombreux dans la région, dont la réactivité et l'envie de travailler n'ont d'égal que les résultats qu'ils obtiennent", selon une copie de son allocution qu'a pu lire l'AFP.

"Propos inadmissibles et choquants". Dans un communiqué, le ministre de l'Intérieur Gérard Collomb a dénoncé "des propos inadmissibles et choquants" et rappelé "son attachement au strict respect des règles déontologiques et à l'exigence d'exemplarité" qui "doivent encadrer l'action des forces de sécurité dans l'accomplissement de leurs missions". La gendarmerie a, de son côté, qualifié ces paroles d'"intolérables" dimanche. Convoqué par le commandement local puis, à son retour en métropole, par son commandement en Ile-de-France, le gendarme est aujourd'hui visé par une procédure disciplinaire.