Un ex-gendarme escroquait la justice en se faisant passer pour un expert psychiatre

, modifié à
  • A
  • A
Gendarmerie, Armel Rocher/Flickr gendarmerie, 1280
L'escroc présumé a été arrêté le 28 octobre et placé en garde à vue avant d'être mis en examen et placé en détention provisoire (photo d'illustration). © Armel Rocher/Flickr gendarmerie
Partagez sur :
Devenu auditeur de justice, cet ancien gendarme aurait profité du système avec une fausse identité d'expert psychiatre pour détourner des milliers d'euros.
INFO EUROPE 1

Il connaît tellement bien les rouages du système, qu'il a pu en exploiter une faille. A Caen, un ancien gendarme de 31 ans a été mis en examen et écroué le 30 novembre. Il est soupçonné d'avoir escroqué la justice en se faisant passer pour un expert psychiatre. Il n'a jamais rédigé de rapport mais grâce à ses connaissances et par un tour de passe-passe informatique, il a réussi à se faire payer des actes médicaux, qu'il n'a - bien entendu - jamais accomplis.

Ex-gendarme devenu auditeur de justice. Après quelques années à servir dans la gendarmerie, le jeune homme a voulu devenir magistrat. Il a même réussi le concours d’entrée à l’ENM et s'est retrouvé auditeur de justice au tribunal de grande instance de Privas, dans l'Ardèche. C'est là que tout a dérapé.

Des milliers d'euros de préjudice. Il aurait d'abord créé une fausse identité de médecin psychiatre : un certain "Mickael Saint-Germain". Puis, en utilisant de vrais numéros de procédures judiciaires, il aurait fabriqué de fausses demandes d'examens psychiatriques. Grâce à cela, il pouvait ensuite envoyer des factures directement à la plate-forme internet Chorus qui sert à payer les frais de justice. Le petit manège a duré plusieurs mois. Des milliers d'euros d'examens imaginaires lui auraient ainsi été remboursés jusqu'à ce que la cour d'appel de Caen découvre le pot aux roses et saisisse la police judiciaire.

Mis en examen et placé en détention provisoire. L'escroc présumé a été arrêté le 28 octobre et placé en garde à vue. Une garde à vue à l'issue de laquelle il a été présenté à un juge d’instruction qui l’a mis en examen. Il a ensuite été placé en détention provisoire. L'enquête se poursuit pour rassembler toutes les fausses factures qu’il se serait faites rembourser au préjudice de plusieurs cours d'appel. Cette affaire sonne la fin de carrière de cet homme qui témoignait sur la plaquette 2016 de l'Ecole nationale de la Magistrature, où il insistait notamment sur ces valeurs : "l'éthique" et la "rigueur".

Europe 1
Par Guillaume Biet avec G.D.